EuropeInternationalNews

Portugal : Un ancien ministre mis en accusation dans l’affaire des visas «dorés»

Portugal

Un ancien ministre mis en accusation dans l’affaire des visas «dorés»

L’ancien ministre portugais de l’Intérieur Miguel Macedo a été mis en accusation pour prévarication et trafic d’influence dans le cadre d’une enquête liée à l’attribution de visas «dorés» réservés aux investisseurs étrangers, a annoncé mardi 17 Novembre 2015 le parquet général. Au total, 17 personnes et quatre sociétés devront répondre devant la justice pour divers crimes de corruption, blanchiment de capitaux ou trafic d’influence, a indiqué le Ministère public dans un communiqué. Ce scandale de corruption avait éclaté au grand jour en novembre 2014 avec l’arrestation de onze personnes, dont plusieurs hauts fonctionnaires soupçonnés d’avoir facilité l’attribution de ces permis de résidence spéciaux. Parmi les personnes mises en accusation pour corruption figurent l’ex-directeur de la police des frontières, Manuel Jarmela Palos, la secrétaire générale du ministère de la Justice, Maria Antonia Anes, et le directeur de l’Institut des registres et actes notariés, Antonio Figueiredo. Trois ressortissants chinois, qui faisaient des affaires dans le secteur immobilier, ont également été accusés de corruption et trafic d’influence, a précisé le parquet. M. Macedo, qui avait démissionné dans la foulée en évoquant un affaiblissement de son «autorité politique» mais en niant toute «responsabilité personnelle » dans cette affaire, avait été interrogé par la justice et mis en examen en septembre dernier. L’ancien ministre est notamment soupçonné d’avoir révélé des informations privilégiées concernant un appel d’offres et d’être intervenu en faveur de la nomination d’un fonctionnaire de la police des frontières à un poste de l’ambassade du Portugal à Pékin. Afin d’attirer des capitaux étrangers, le Portugal accorde depuis fin 2012 des permis de séjour à des candidats prêts à débourser au moins 500.000 euros pour l’achat d’une maison ou d’un appartement, investir au moins un million d’euros ou encore créer dix emplois. Malgré un récent ralentissement, plus de 2.600 visas «dorés» ont été accordés depuis la création du système, dont près de 80% à des Chinois, pour un investissement total de 1,59 milliard d’euros.

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EuropeInternationalNews

Portugal : Un ancien ministre mis en accusation dans l’affaire des visas «dorés»

Portugal

Un ancien ministre mis en accusation dans l’affaire des visas «dorés»

L’ancien ministre portugais de l’Intérieur Miguel Macedo a été mis en accusation pour prévarication et trafic d’influence dans le cadre d’une enquête liée à l’attribution de visas «dorés» réservés aux investisseurs étrangers, a annoncé mardi 17 Novembre 2015 le parquet général. Au total, 17 personnes et quatre sociétés devront répondre devant la justice pour divers crimes de corruption, blanchiment de capitaux ou trafic d’influence, a indiqué le Ministère public dans un communiqué. Ce scandale de corruption avait éclaté au grand jour en novembre 2014 avec l’arrestation de onze personnes, dont plusieurs hauts fonctionnaires soupçonnés d’avoir facilité l’attribution de ces permis de résidence spéciaux. Parmi les personnes mises en accusation pour corruption figurent l’ex-directeur de la police des frontières, Manuel Jarmela Palos, la secrétaire générale du ministère de la Justice, Maria Antonia Anes, et le directeur de l’Institut des registres et actes notariés, Antonio Figueiredo. Trois ressortissants chinois, qui faisaient des affaires dans le secteur immobilier, ont également été accusés de corruption et trafic d’influence, a précisé le parquet. M. Macedo, qui avait démissionné dans la foulée en évoquant un affaiblissement de son «autorité politique» mais en niant toute «responsabilité personnelle » dans cette affaire, avait été interrogé par la justice et mis en examen en septembre dernier. L’ancien ministre est notamment soupçonné d’avoir révélé des informations privilégiées concernant un appel d’offres et d’être intervenu en faveur de la nomination d’un fonctionnaire de la police des frontières à un poste de l’ambassade du Portugal à Pékin. Afin d’attirer des capitaux étrangers, le Portugal accorde depuis fin 2012 des permis de séjour à des candidats prêts à débourser au moins 500.000 euros pour l’achat d’une maison ou d’un appartement, investir au moins un million d’euros ou encore créer dix emplois. Malgré un récent ralentissement, plus de 2.600 visas «dorés» ont été accordés depuis la création du système, dont près de 80% à des Chinois, pour un investissement total de 1,59 milliard d’euros.

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EuropeInternationalNews

Portugal : Un ancien ministre mis en accusation dans l’affaire des visas «dorés»

Portugal

Un ancien ministre mis en accusation dans l’affaire des visas «dorés»

L’ancien ministre portugais de l’Intérieur Miguel Macedo a été mis en accusation pour prévarication et trafic d’influence dans le cadre d’une enquête liée à l’attribution de visas «dorés» réservés aux investisseurs étrangers, a annoncé mardi 17 Novembre 2015 le parquet général. Au total, 17 personnes et quatre sociétés devront répondre devant la justice pour divers crimes de corruption, blanchiment de capitaux ou trafic d’influence, a indiqué le Ministère public dans un communiqué. Ce scandale de corruption avait éclaté au grand jour en novembre 2014 avec l’arrestation de onze personnes, dont plusieurs hauts fonctionnaires soupçonnés d’avoir facilité l’attribution de ces permis de résidence spéciaux. Parmi les personnes mises en accusation pour corruption figurent l’ex-directeur de la police des frontières, Manuel Jarmela Palos, la secrétaire générale du ministère de la Justice, Maria Antonia Anes, et le directeur de l’Institut des registres et actes notariés, Antonio Figueiredo. Trois ressortissants chinois, qui faisaient des affaires dans le secteur immobilier, ont également été accusés de corruption et trafic d’influence, a précisé le parquet. M. Macedo, qui avait démissionné dans la foulée en évoquant un affaiblissement de son «autorité politique» mais en niant toute «responsabilité personnelle » dans cette affaire, avait été interrogé par la justice et mis en examen en septembre dernier. L’ancien ministre est notamment soupçonné d’avoir révélé des informations privilégiées concernant un appel d’offres et d’être intervenu en faveur de la nomination d’un fonctionnaire de la police des frontières à un poste de l’ambassade du Portugal à Pékin. Afin d’attirer des capitaux étrangers, le Portugal accorde depuis fin 2012 des permis de séjour à des candidats prêts à débourser au moins 500.000 euros pour l’achat d’une maison ou d’un appartement, investir au moins un million d’euros ou encore créer dix emplois. Malgré un récent ralentissement, plus de 2.600 visas «dorés» ont été accordés depuis la création du système, dont près de 80% à des Chinois, pour un investissement total de 1,59 milliard d’euros.

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :