AlgérieEconomieNews

PLFC 2020 : Débat des membres du Conseil de la Nation 

Les membres du Conseil de la Nation ont entamé en début de semaine le débat du projet de loi de finance complémentaire 2020, présenté par le Ministre des Finances, Abderrahmane Raouya lors d'une plénière présidée par le Président du Conseil par intérim, Salah Goudjil en présence de membres du Gouvernement.

PLFC 2020 : Débat des membres du Conseil de la Nation 

Alger par : Noureddine RAMZI

Les membres du Conseil de la Nation ont entamé en début de semaine le débat du projet de loi de finance complémentaire 2020, présenté par le Ministre des Finances, Abderrahmane Raouya lors d’une plénière présidée par le Président du Conseil par intérim, Salah Goudjil en présence de membres du Gouvernement.

Dans ce cadre, plusieurs sénateurs se sont félicités des mesures que comporte le projet de loi, tandis que d’autres ont critiqué certaines de ces dispositions, notamment l’augmentation de la taxe sur les produits pétroliers qui induit une hausse des prix des carburants ce qui pèsera lourdement sur le pouvoir d’achat des citoyens.

Intervenant lors de cette plénière, le sénateur Nacer Ben Nebri du parti du Front de libération nationale (FLN) a salué l’attachement du Gouvernement au principe du non recours à l’endettement extérieur en dépit du déficit budgétaire prévu dans le PLFC 2020.

Pour sa part, le sénateur Abdelhalim Latrach du Rassemblement national démocratique (RND) a estimé qu’il s’agissait d’un projet de loi exceptionnel intervenu dans une conjoncture exceptionnelle, soulignant « la prudence » qui a marqué son élaboration.

Le sénateur Ahmed Bouziane du tiers présidentielle a estimé que l’augmentation du salaire national minimum garanti (SNMG) et la suppression de l’impôt sur le revenu pour les salaires inférieurs à 30.000 Da étaient une « charge économique » et que les augmentations dans les produits pétroliers sont « légitimes » mais seront supportés par le citoyen lambda. Il a critiqué dans ce cadre la politique adoptée par le gouvernement concernant les voitures en ce sens qu’elle n’a pas mis en place une politique industrielle ni de plan d’importation claire.

Abdelkader Moulkhoua du RND a critiqué à son tour l’augmentation de la taxe sur les produits pétroliers, qualifiée « d’injuste pour le simple citoyen » au moment où le taux de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) est passée pour les hôtels de 19 à 9%.

Dans son rapport préliminaire présenté avant le début de la plénière, la Commission ad-hoc de la chambre haute du parlement a indiqué que le texte de loi intervenait dans le cadre d’un recadrage des indicateurs financiers et leur adaptation avec la nouvelle situation.

La commission a également ajouté que le texte a été élaboré « en tenant compte des conditions économiques et sanitaires qui ont accompagné la propagation de la pandémie de Covid-19 et en maîtrisant les défis sanitaires, économiques et financiers que connait le pays, à l’instar d’autres pays du monde, ainsi qu’en limitant la baisse des ressources à travers la réduction des coûts et la continuité de fourniture des services sociaux ainsi que le maintien du soutien social, de la dynamique économique et des emplois.

Les députés de l’Assemblée populaire nationale (APN) avaient adopté, dimanche à la majorité, le PLFC 2020 qui sera présenté, mardi après-midi, lors d’une séance de vote au Conseil de la nation après clôture du débat et réponse du ministre aux interventions et préoccupations des membres du conseil dans la matinée du même jour.

N.R

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :