Péninsule Coréenne: les deux Corées entament des discussions pour faire tourner la page de crises

Péninsule Coréenne: les deux Corées entament des discussions pour faire tourner la page de crises

Les discussions entre les deux Corées ont commencé mardi à Panmunjom, dans la Zone démilitarisée (DMZ) qui divise la péninsule, une première depuis 2015, durant lesquelles les deux parties aborderont l’amélioration des relations intercoréennes mais aussi la participation de la Corée du Nord aux prochains Jeux olympiques en Corée du Sud, qualifiées par les pays de la région de “dialogue encourageant” pour faire tourner la page de crises.

Des responsables des deux Corées officiellement toujours en guerre, sont réunis dans “la maison de la paix”, située dans la zone de sécurité commune pour des pourparlers qui se tiennent dans un village symbolique frontalier où fut signé le cessez-le-feu. Les relations entre les deux pays, qui ont atteint un niveau de tension sans précédent, entrent dans une nouvelle ère.

Les délégations menées côté sud-coréen par le ministre de l’Unification Cho Myoung-Gyon et le responsable de la délégation nord-coréenne Ri Son-gwon ont discuté de la participation de la Corée du Nord aux JO de Pyeongchang, présentés par Séoul “Olympiade de la paix”, qui commencent le 9 février et de l’avenir des relations bilatérales.

Pour les JO, la partie nord-coréenne a proposé de dépêcher une délégation de haut niveau, Comité national olympique, délégation, athlètes, supporteurs, artistes, observateurs et journalistes, a expliqué le ministre adjoint sud-coréen Chun Hae-Sung.

Séoul, pour sa part a demandé que soit organisée parallèlement aux jeux d’hiver une réunion des familles séparées par la guerre (1950-53).

“Nous ferons de notre mieux pour que les jeux Olympiques et Paralympiques de Pyeongchang soient un festival de la paix et que cette rencontre soit le premier pas vers l’amélioration des relations intercoréennes”, selon le ministère sud-coréen de l’Unification.

Autre décision importante, Séoul et Pyongyang ont convenu de rétablir une de leurs liaisons téléphoniques militaires, quelques jours après la remise en marche d’une ligne téléphonique civile.

“Notre camp a décidé de commencer à réutiliser cette ligne téléphonique militaire à partir de 08H00 demain matin”, a dit le vice-ministre sud-coréen de l’Unification Chun Hae-Sung.

Cette ligne téléphonique avait été fermée en février 2016 après que Séoul eut suspendu les opérations sur la zone industrielle intercoréenne de Kaesong pour protester contre le détournement par le Nord des revenus de ce complexe pour financer ses programmes balistique et nucléaire.

Les pays de la région se félicitent des discussions “encourageants”

Les pays de la région se sont largement félicités de la reprise des discussions qu’ils qualifient d ‘”encourageantes”, ce qui pourrait faire tourner une page de crises entre les deux pays, qui menacent récemment la sécurité de la péninsule coréenne.

Le Japon a salué l’engagement de la Corée du Nord à participer aux prochains Jeux olympiques de Pyongyang, voyant en ce geste un signal positif dans l’amélioration des relations dans la région.

De son côté, la Chine, pour la première fois depuis plus de deux ans, s’est félicitée des pourparlers de haut niveau entre les deux parties et a espéré que la communauté internationale encouragerait et soutiendrait de tels efforts pour améliorer les relations entre les deux pays.

Anton Marozov, membre de la commission des affaires étrangères de la Russie, a déclaré que les pourparlers étaient “encourageants”, ajoutant qu'”il était clair que les parties coréennes devraient tôt ou tard être à la table des négociations”. La seule façon de résoudre la situation dans la péninsule coréenne”.

Les relations intercoréennes, après quasiment une décennie de détérioration, semblent enfin manifester des signes de détente. Les deux parties ont échangé des gestes de bonne volonté depuis le jour du Nouvel An, montrant qu’elles sont d’accord sur un point : le dialogue est le seul moyen de sortir de l’impasse dans laquelle se trouve la péninsule.

Dans son allocution du Nouvel An, le dirigeant de la partie nord, Kim Jong Un, a tendu la main de la paix à Séoul, exprimant sa volonté d’envoyer des participants aux Jeux olympiques d’hiver 2018 de Pyeongchang en Corée du Sud. Il y a deux ans, leurs délégations de haut niveau avaient déjà participé à des pourparlers à Panmunjeom. Les liens entre les deux parties étaient au plus bas sous le gouvernement du président sud-coréen Lee Myung-bak, ainsi que sous celui de Park Geun-hye.

Aps

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *