FranceNewsRevue de presseSanté

« Pas de reprise de l’épidémie » à ce stade, mais prudence…

La directrice de Santé publique France rappelle que le coronavirus circule toujours. Une trentaine de clusters sont actifs, indique-t-elle au « Parisien ».

« Pas de reprise de l’épidémie » à ce stade, mais prudence…

Par : LePoint.fr

La directrice de Santé publique France rappelle que le coronavirus circule toujours. Une trentaine de clusters sont actifs, indique-t-elle au « Parisien ».

La France a entamé son déconfinement ce lundi 11 mai. Geneviève Chêne, nommée en novembre 2019 au poste de directrice générale de Santé publique France (SPF) en lieu et place de François Bourdillon, révèle dans une interview accordée au Parisien qu’aucun « signal de reprise de l’épidémie » n’a – pour l’instant – été constaté par ses services. La professeure de biostatistique et de santé publique prévient néanmoins que le virus « est toujours là » et qu’il serait inconscient de baisser la garde. « Il faut attendre la fin de semaine prochaine [la semaine du 25 mai, NDLR] pour savoir si les contaminations repartent à la hausse. C’est le délai entre l’incubation, les premiers symptômes, les consultations médicales et la collecte d’informations fiables. On saura alors si l’ensemble des mesures prises (tests, traçabilité, poursuite des gestes barrières et de la distanciation physique) ont eu l’impact escompté pour maîtriser l’épidémie », confie-t-elle.

L’apparition de nouveaux clusters, notamment dans le Grand Est, ne serait pas forcément une mauvaise nouvelle. « Il y en a aujourd’hui une trentaine et leur identification est bon signe ! Cela veut dire que nous sommes capables de les détecter rapidement et de mettre en œuvre tout ce qui permet de casser les chaînes de transmission », constate-t-elle. Depuis le début de la crise sanitaire qui sévit en France, Santé publique France s’est agrandie. « Près de 60 personnes sont venues renforcer l’agence déjà forte de 600 agents », révèle-t-elle.

Un bilan des morts à domicile bientôt communiqué

 Des agents qui ont en charge la collecte des données du coronavirus pour en avertir alors l’État et permettre à Jérôme Salomon, le directeur général de la Santé, de communiquer aux Français, chaque soir, le nouveau bilan de la pandémie. Les agents s’appuient alors sur un « flux continu de données venant des médecins généralistes, de SOS Médecins, des passages aux urgences ainsi que celles des hospitalisations et de la mortalité ».

Santé publique France publiera, par ailleurs, « avant fin juin » le bilan des morts à domicile, bien plus difficile à établir. « En France, les certificats de décès sont, en majorité, rédigés sur un document papier où l’on inscrit les causes de la mort. Seuls 20 % sont électroniques. Cela prend donc plus de temps de saisir et de numériser toutes les données. On est en train de les analyser. Selon nos premiers éléments, les décès à domicile représenteraient 1 % des morts du Covid, mais il est trop tôt pour donner un bilan définitif », annonce Geneviève Chêne.

Source : Le Point.fr 20/05/2020

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :