« PARADOXES » La chronique de Mohamed BourahlaNews

« PARADOXES » : La chronique de Mohamed Bourahla

Histoires de flatulence

La vieille Europe est penaude, l’humeur de Jupiter la décontenance. Elle en est fortement indisposée.  C’est ce qui explique, dit-on, ses malaises. Quoi que tout laisse à croire que cela tient plus de la tartufferie que de l’indignation. Ainsi, quand Jupiter des casus belli exhibe ses biceps, Europe le prie de couvrir ce muscle que le monde ne saurait voir. Du boulevard enrobé de trémolos. Mais nulle, la praline ! En fait, ce qui chagrine Europe n’est pas que son concubin soit un va-t-en-guerre, mais qu’il le dise crûment et ne cesse de le répéter. Urbi et orbi. C’est son rot tonitruant qui la désole car quand on ne peut plus sauver les apparences, il devient difficile de sauver les meubles. Le vent qui sort de la bouche de Jupiter la rend complice du croquemitaine. Il la dénude, lui retrousse ses jupons. Et sous la dentelle, il n’y a pas la plage. Jupiter partage avec Europe les mêmes aigreurs et flatuosités. Son renvoi la discrédite, la met mal à l’aise. Il nuit au frou-frou des droits de l’homme et, plus encore, aux affaires. Europe en est malade, il y-va de la crédibilité de ses valeurs. Celles du rince-doigt et du baisemain. Mais c’est tout, pas de quoi demander le divorce. Europe sait bien que l’éructation qui la trouble tant n’est que la conséquence de l’accumulation des gaz qu’elle-même porte en son sein et qu’elle tente gauchement de dissimuler. « Beaucoup de bruit pour rien » dirait Shakespeare ; le monde n’est pas près de changer pour des histoires de flatulence… ou une simple question de division du travail.

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :