Moyen OrientNews

Palestine-décision de la CPI : la ligue Arabe salue une étape importante

Le Caire : La décision de la procureure de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, d'ouvrir une enquête complète sur des "crimes de guerre" dans les territoires Palestiniens a été saluée samedi comme une "étape qualitative importante" par la Ligue Arabe.

Palestine-décision de la CPI : la ligue Arabe salue une étape importante

Le Caire : La décision de la procureure de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, d’ouvrir une enquête complète sur des « crimes de guerre » dans les territoires Palestiniens a été saluée samedi comme une « étape qualitative importante » par la Ligue Arabe.

Cette décision est une étape qualitative importante qui reflète la volonté de la communauté internationale, qui a longtemps condamné ces crimes et a demandé que leurs auteurs soient arrêtés et jugés, et que l’autorité d’occupation soit tenue pour responsable, en plus de la fourniture de la protection nécessaire au peuple palestinien sur la voie de la fin de l’occupation Israélienne », a déclaré le Secrétaire Général adjoint pour la Palestine et les territoires Arabes occupés à la Ligue Arabe, Saeed Abu Ali

Il a ajouté que « c’est ce que demandaient pertinemment les Etats membres de la Ligue Arabe dans les décisions sanctionnant les réunions de ses Conseils.

Le sous-Secrétaire Général a souligné, en outre, que cette décision était « la plus urgente à la lumière des crimes de guerre sans précédent, dont la colonisation auxquels la Palestine fait face, notant que « c’est ce qui interpelle tout le monde en particulier la Cour pénale à parachever cette étape et à suivre la mise en œuvre rapide de la décision importante avec les éléments positifs, rapides et efficaces nécessaires ».

Les Palestiniens se sont, à leur tour, félicités la veille des déclarations de la procureure de la CPI, créée en 2002 pour juger des pires atrocités commises dans le monde et dont le siège est à La Haye, concernant la décision d’ouvrir une enquête dans les territoires palestiniens.

« L’Etat de Palestine salue cette étape, qui aurait dû être prise il y a longtemps (…), afin de parvenir à une enquête après près de cinq années longues et difficiles d’examen préliminaire », a déclaré le Ministère des Affaires Etrangères Palestinien dans un communiqué.

Mme Bensouda a ouvert une enquête préliminaire en janvier 2015 sur des accusations de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité dans les territoires Palestiniens, dans le sillage de l’agression militaire Israélienne contre la Bande de Ghaza en 2014, qui a tué 2.251 Palestiniens.

« Je suis convaincue qu’il existe une base raisonnable justifiant l’ouverture d’une enquête » sur la situation dans les territoires Palestiniens et que « des crimes de guerre ont été commis ou sont en train de l’être en Cisjordanie, notamment à Jérusalem-Est (El Qods occupée), et dans la bande de Gaza », a déclaré vendredi la procureure de la CPI dans un communiqué.

Mme Bensouda a toutefois réclamé à la CPI de « se prononcer quant à la portée de la compétence territoriale de la Cour pénale internationale dans la situation en Palestine », ajoutant que « les juges doivent trancher cette question fondamentale dès à présent, le plus rapidement possible ».

La décision de la CPI un autre coup dur à Israël

La décision de la CPI est un autre coup dur à Israël après que l’Assemblée Générale des Nations Unies a adopté début décembre à une majorité écrasante quatre résolutions en faveur de l’Etat de Palestine. Il s’agit des résolutions intitulées « Règlement pacifique de la question de Palestine », « Programme spécial d’information du Département de l’information du Secrétariat sur la question de Palestine », « Comité pour l’exercice des droits inaliénables du peuple Palestinien », et « les droits des Palestiniens, au Secrétariat ».

Le délégué de l’Etat de Palestine a souligné que tous les pays de l’Union Européenne (UE) avaient voté en faveur de ces résolutions, soulignant que ces votes importants sur un ensemble de résolutions affirmaient le ferme soutien international en faveur du règlement de la question Palestinienne sur la base du droit international et des résolutions pertinentes des Nations Unies.

Depuis 2015, tous les mois, l’Autorité Palestinienne transmet à la CPI qu’elle a intégré la même année, des documents comme éléments de preuve dans un procès concernant notamment la colonisation Israélienne, considérée comme illégale par la communauté dont le Conseil de Sécurité de l’ONU et la Cour Internationale de Justice.

Outre les éléments transmis par l’Autorité Palestinienne, des ONG et des avocats ont aussi déposé des éléments sur la table de la CPI. Un collectif d’avocats de Ghaza, du Moyen-Orient et d’Europe, a déposé, mi-mai, les plaintes de plus de 560 Ghazaouis, victimes de la répression par les forces d’occupation Israéliennes de « la marche du grand retour », des manifestations organisées depuis fin mars dans la bande de Ghaza.

Les Palestiniens demandent une enquête sur tout crime commis depuis l’agression militaire Israélienne de l’été 2014 contre le territoire de Ghaza. «Israël maintient, élargit et protège le régime de colonisation en commettant des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité et le crime d’apartheid », explique le ministre des Affaires Etrangères Palestinien, Riyad Al-Maliki.

Il avait déjà officiellement référé à l’instance juridique internationale les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité, dont l’apartheid, commis par le gouvernement de l’occupation israélienne « ou ses agents », et il a demandé à la procureure, la Gambienne Fatou Bensouda, l’ouverture « immédiate » d’une enquête.

S’adressant à des journalistes à La Haye, Riyad Al-Maliki avait expliqué avoir « pris cette mesure en raison de l’intensification de la fréquence et de la gravité des crimes commis contre notre peuple, y compris l’expansion des colonies, l’accaparement des terres et l’exploitation illégale de nos ressources nationales, ainsi que le ciblage brutal et calculé de manifestants non armés, en particulier dans la bande de Ghaza ».

Le 14 mai, des soldats de l’armée d’occupation Israélienne ont tiré à balles réelles sur des manifestants à Ghaza, faisant 62 morts et plus de 1 300 blessés, tandis qu’à El Qods occupée, l’administration Américaine inaugurait son ambassade dans la ville sainte d’El Qods.

Aps

 

 

 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :