AlgérieFranceNews

Ouyahia : « Des insuffisances et des progrès »

Ouyahia : « Des insuffisances et des progrès »

Par : Abdelkader DJEBBAR

“Sur le plan du développement, nous avons encore des insuffisances, mais l’Algérie a fait des progrès énormes, notamment durant les 18 ans de direction du président Abdelaziz Bouteflika”. C’est ce qu’a déclaré le Premier Ministre Ahmed Ouyahia jeudi à Paris devant les membres de la communauté nationale au siège de notre ambassade.

En matière de progrès, il a indiqué que 11 millions de jeunes garçons et filles, soit plus d’un quart de la population, “se rendent chaque matin à l’école, au collège, au centre de formation professionnelle ou à  l’université”, soulignant que la scolarisation des garçons et des filles atteint à présent 97%, et les jeunes filles constituent la majorité dans les universités qui comptent près de deux millions d’étudiants.

Évoquant le secteur de l’habitat, le Premier Ministre a informé l’assistance, constituée de cadres, médecins, artistes, chefs d’entreprise, enseignants et chercheurs, que ce sont plus de 4 millions de logements ont été livrés depuis 2000, précisant que l’année 2017 “se terminera avec la livraison de 300.000 nouveaux logements et un chiffre équivalent sera livré en 2019”.

En matière d’emploi, il a fait savoir que l’État a pu repousser le chômage jusqu’à 12%, même s’il demeure, a-t-il relevé, “encore supérieur à 20% chez les jeunes, comme c’est le cas ailleurs, y compris en Europe”.

Sur le plan économique, il a également reconnu que l’Algérie exporte “exclusivement” du pétrole et du gaz, mais cela ne signifie guère, a-t-il soutenu, que “notre économie n’est pas quelque peu diversifiée”.

“Il suffit de vous dire que les hydrocarbures ne constituent que 30% du Produit intérieur brut, alors que l’agriculture en représente près de 14%, l’industrie 5%, le reste étant constitué par les services”, a-t-il expliqué, soulignant que ce tableau qui “reflète des réalités prouvées “ne veut pas dire que nous n’avons plus de problèmes économiques et sociaux”.

Pour le Premier Ministre, certains de ces problèmes découlent de la “désorganisation”, alors que d’autres problèmes, a-t-il dit, “découlent de raisons plus larges”.

Il a également cité l’exemple des jeunes “harraga” qui “mettent leurs vies en péril pour atteindre l’Europe”, soulignant que ces jeunes “ne quittent leur pays parce qu’il n’y a pas de travail, car “nous manquons de main-d’œuvre dans l’agriculture, dans le bâtiment et mêmes dans les usines”.

Pour le Premier Ministre, ces jeunes qui partent “sont à la recherche d’un mode de vie vers lequel les attirent des illusions et vers lequel les pousse aussi un certain enfermement dans les comportements”.

Et en extra sur plateau d’argent, ceci : Sur instruction du chef de l’État, les émigrés, auront droit à tous les programmes de promotion immobilière de type LPP, ils auront accès au dispositif ANSEJ, au dispositif ANDI et autres aides aux investisseurs au même titre que les investisseurs locaux, et pour les transactions bancaires, une succursale de la Banque extérieure d’Algérie (BÉA), sera opérationnelle en France, début 2018.

A.D

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voire aussi

Close
Close
Close