AlgérieCultureNews

Oran : Sept jours de cinéma

Oran : Sept jours de cinéma

Par : Abdelkader DJEBBAR

Allez, c’est parti pour du cinéma à gogo à Oran. C’est le plein depuis mardi. Cela durera une bonne semaine pour du cinéma, le vrai, plein la vue. Au programme, 10 longs métrages, 14 courts métrages et autant de documentaires visent déjà le grand prix du 11ème Festival international d’Oran du film arabe (FIOFA).

Brahim Seddiki, le commissaire de la manifestation culturelle annuelle, a souligné, lors d’une conférence de presse consacrée à la présentation de la 11ème édition du festival, que la sélection des films en compétition n’a pas été une mince affaire car, la commission chargée du visionnage et de la sélection des films, sur le 360 films proposés, a veillé à retenir que des œuvres qui reflètent la réalité et les préoccupations des populations arabes.

Dans la catégorie des longs métrages, l’Algérie participe avec deux films, ‘‘Nous n’étions des héros‘‘ de Nasredine Guenifi, adapté de l’ouvrage d’Abdelhamid Benzine ‘‘le Camp‘‘ et ‘‘Jusqu’à la fin des temps‘‘ de Yasmine Chouikh.

Les autres œuvres en compétition sont respectivement ‘‘Kilikis, la cité des hiboux‘‘ du Marocain Azlarabe Alaoui Lamharzi, ‘‘Un homme et trois jours‘‘ du syrien Djoud Saïd, ‘‘Photocopie‘‘ de l’égyption Tameur Ochri, ‘‘Tunis by night‘‘ d’Elyes Bakar, ‘‘Amouri‘‘ de l’émirati Ameur Selmine El Mori, ‘‘El Ahla‘‘ de l’irakien Mohamed Derradji, ‘‘Nour‘‘ du libanais Zaarour, ‘‘Le devoir‘‘ de la palestinienne Anne Marie Djasser.

Dans la section court-métrage, 14 œuvres sont en lice dont deux films algériens ‘‘feuille blanche‘‘ de Mohammed Nadjib Amraoui et ‘‘champs de bataille‘‘ de Anwar Smaine. Les autres courts métrages représenteront l’Egypte, la Syrie, le Bahrein, l’Irak, l’Arabie Saoudite, la Libye, le Liban et la Palestine.

Le film documentaire enregistre une forte présence algérienne avec cinq films ‘‘Sur les traces des camps de concentration‘‘ de Saïd Oulmi , ‘‘La bataille d’Alger un film d’histoire‘‘ de Malek Bensmail, ‘‘Souvenirs d’exil‘‘ de Mokhtar Karboua, ‘‘Des moutons et des hommes‘‘ de Karim Sayad et le film ‘‘la Bataille d’Alger‘‘ de Salim Aggar.

Concernant les hommages, deux figures disparues du 7ème art arabe seront honorés. Il s’agit du cinéaste algérien Farouk Beloufa, réalisateur du film ‘‘Nahla‘‘ traitant de la guerre civile au Liban, et l’icône du 7ème art arabe Chadia.

Le réalisateur algérien Merzak Allouache présidera le jury des longs métrages, la libanaise Tekla Chamoune, présidera le jury de la section court métrage et enfin le réalisateur et écrivain irakien Kacem Hawl Sadoum présidera celui des documentaires.

Lors de la précédente édition, le film de l’Algérien Karim Mousaoui “En attendant les hirondelles” a remporté le grand prix du festival, rappelle-t-on.

A.D

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :