AlgérieFemmeNews

Oufriha Fatima Zohra : Une grande Dame s’en va !!

L’Algérie vient de perdre l’une de ses filles. Fatima Zohra Oufriha née Bouzina est décédée ce jour dans la discrétion et la dignité. Une intellectuelle hors-pair, hors normes, une Moudjahida qui est restée en marge des honneurs pour se consacrer à ses recherches.

Oufriha Fatima Zohra
Une grande Dame s’en va !!

Par Fayçal Charif

L’Algérie vient de perdre l’une de ses filles. Fatima Zohra Oufriha née Bouzina est décédée ce jour dans la discrétion et la dignité. Une intellectuelle hors-pair, hors normes, une Moudjahida qui est restée en marge des honneurs pour se consacrer à ses recherches.

Le parcours de Fatima Zohra a été d’une diversité et d’une richesse inégalables. Elle fut la première femme au Maghreb à avoir un doctorat d’État en économie. Elle a été auteure de plusieurs recherches à caractère académique et réalisatrice de plusieurs ouvrages consacrés à l’Histoire. Cette grande Dame avait dit un jour qu’« une révolution féminine silencieuse est en train d’avoir lieu en Algérie… » et avait prédit que « des femmes seraient partout et dans des postes importants ». A-t-elle vu juste !!?

Native de Tlemcen, la ville qui l’a adoptée et vue grandir, Fatima Zohra a gardé cette belle tradition qui venait de l’ouest. Elle avait la grâce et la classe des tlémcèniennes. Après des études secondaires, elle poursuit des études supérieures en France. Elle deviendra, convaincue du combat de son pays, membre de la fédération de France de l’OCFLN. A l’indépendance, elle se précipite de rentrer en Algérie. De part ses compétences et son engagement, elle est appelée à la Présidence, pour faire partie de la direction du plan et dans laquelle elle participe aux premières négociations commerciales algériennes avec la France.

Mais le poste ne l’empêche de poursuivre des études en économie, sociologie, démographie et en histoire. Après avoir été chef de projet industriel à l’OCI (accords de coopération algéro-français de 1965) qu’elle occupe de 1967 à 1969, elle entame une carrière dans l’enseignement supérieur en 1970. Détachée à l’ENSAG (École nationale supérieure d’administration et de gestion) puis a l’INSEG (Institut national de stratégie globale), elle prendra sa retraite de l’enseignement supérieur en 1999.

Bien avant, en 1972, elle soutient son doctorat d’état en sciences économiques. Sa thèse qui est la première dans cette université, fait d’elle aussi, la première Docteur d’état femme en Algérie. En 1984, elle passe avec succès le concours d’agrégation devant un jury international. Elle a également été titulaire d’une licence en sociologie et un autre titre dans la démographie et l’histoire.

Oufriha Fatima Zohra poursuit son activité de recherche et de publication au CREAD, activité qu’elle n’a jamais arrêtée. Auteur de plusieurs ouvrages dont : « Industrialisation et transfert de technologie », « Cette chère santé : une analyse économique du système de soins » et « système de santé et population en Algérie », elle fascine par son approche académique. Elle a notamment beaucoup d’écrits spéciaux consacrés à l’économie de la santé en Algérie, de multiples contributions dans des ouvrages collectifs, d’articles et de communications portant sur des thèmes divers.

L’Algérie vient de perdre une femme d’exception qui n’a pas été reconnue à sa juste valeur, surtout ces dernières années et plus encore ces derniers jours, quand elle a été dépêchée à l’hôpital Beni Messous pour de graves soucis de santé. Ses deux filles étaient tellement désarmées devant la médiocre prise en charge de leur mère, qu’elles avaient lancé un appel pressant frôlant le désespoir et la peur de vivre le pire. Le SOS des ses filles avait fait le tour et Fatima Zohra Bouzina Oufriha a été prise en charge dans des conditions décentes. Elle s’est éteinte ce jour…
Paix à ton âme…Madame.

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :