Oran : De la chanson à plein tube

Oran : De la chanson à plein tube

Par : Abdelkader DJEBBAR

Les Oranais auront été comblés cet été. La fête à Wahrane El Bahiaa commence avec le festival du film Arabe en juillet. Les cinéphiles ont eu plein la vue du cinéma pendant une pleine semaine pour étancher la soif annuelle.

Ce fut ensuite la onzième édition du Festival de la chanson Oranaise  clôturée, jeudi soir au Théâtre régional d’Oran “Abdelkader Alloula” (TRO), lors d’une cérémonie marquée notamment par la récompense de quatre jeunes talents lauréats du concours organisé dans le cadre de cet événement culturel.

Le jury présidé par le musicien Bey Bekkaï a décerné à cette occasion le 1er Prix au jeune Bilal El-Arbi pour sa brillante interprétation de la chanson “Mouhal t’farraqna lahoual” du regretté chantre du genre oranais Ahmed Wahby (1921-1993) auquel fut dédiée cette édition. Les 2ème et 3ème Prix sont revenus respectivement à Ourabah Yacine et Didi Mohamed Achraf, tandis que Djamel Essadek a reçu le Prix d’encouragement.

Une cérémonie haute en couleurs et en sonorités a régalé l’assistance qui a pris plaisir à découvrir ou à réécouter une sélection des plus beaux titres du patrimoine musical local. Plusieurs titres de feu Ahmed Wahby et Blaoui El-Houari (1926-2017), et d’autres composés spécialement en guise d’hommage posthume à ces chantres oranais, ont été interprétés par un plateau artistique de choix. Au grand bonheur de l’auditoire, de grandes vedettes se sont relayées sur scène, dont Houari Oulhaci, Hakima Boulenji, Houari Sabeur, Souad Bouali, Abdelkader Khaldi et Houari Benchene.

L’artiste Ahmed Wahbi a été honoré à titre posthume à l’ouverture de cette édition du festival.

Ahmed Wahbi, de son vrai nom Ahmed Driche Tidjani (1921-1993) est l’un des fondateurs, avec Blaoui Houari, du genre musical “El Asri”, né à Oran dans les années 1940. Influencé par les grands maîtres de la musique arabe, à l’image de Mohamed Abdelwahab et de Farid El Atrache, le défunt Wahbi, tout en empruntant le style oriental, il a utilisé les rythmes et le langage poétique typiquement oranais, donnant un tempo particulier au genre “Asri”.

Cette distinction a eu lieu lors de la cérémonie d’ouverture marquée aussi par la présence du chanteur Rabah Deriassa, comme invité d’honneur, et au cours de laquelle s’est aussi produit le célèbre chanteur oranais, Houari Benchennet, rapporte l’APS.

Au total, une trentaine d’artistes accompagnés par l’orchestre dirigé par Kouider Berkane participent à cette édition qui associe aussi des troupes artistiques investies dans la chanson bédouine et la poésie populaire (chiir melhoun).

 A.D

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *