Analyse

Offensive sur Idleb: le signal fort émis par Ankara

Offensive sur Idleb: le signal fort émis par Ankara

Par : Kharroubi Habib

Si les forces loyalistes syriennes temporisent à lancer l’offensive contre la province d’Idleb, le dernier fief dans le territoire syrien aux mains de groupes armés jihado-terroristes, ce n’est pas la menace agitée par les Etats-Unis et leurs alliés européens de représailles militaires contre elles qui en est la cause. Les autorités syriennes dont la détermination à ne pas reculer face à cette menace a été fermement réaffirmée par la voix du président Bachar El Assad lui-même n’ont pas encore donné leur feu vert à leurs troupes qui sont en ordre de bataille, et sont en attente de ce qu’il va ressortir des tractations que leurs alliés russes et iraniens mènent avec la Turquie dont l’attitude à l’égard de leur intention pour cette province d’Idleb qui lui est limitrophe pèsera incontestablement sur le cours de la confrontation militaire dont celle-ci va être le théâtre.

Ces tractations que Poutine, Rohani et Erdogan entendent finaliser au cours du sommet sur la Syrie qui va les réunir en fin de cette semaine en Iran ont déjà produit un résultat qui conforte la résolution de Damas à aller de l’avant pour mettre fin au dernier réduit conséquent en Syrie tenu par les groupes jihado-terroristes. En effet, Ankara qui a jusque-là déployé son aile protectrice sur l’ensemble de ces groupes retranchés dans la province en refusant d’en admettre la nature terroriste, a opéré un spectaculaire revirement en désignant le principal d’entre eux le Front El Nosra qui est la véritable cible de l’offensive syrienne projetée comme étant effectivement une organisation terroriste.

Ce revirement turc induit qu’Ankara ne va pas voler à son secours et ira même jusqu’à contribuer à son isolement en persuadant les groupes rebelles à Idleb qui sont sous son influence à quitter le « front de libération » qu’ils ont constitué avec lui à Idleb à son instigation. En contribuant à casser ce « front » sous couvert duquel El Nosra a cherché à faire croire qu’il a définitivement rompu avec la mouvance terroriste internationale, Ankara faciliterait à coup sûr une reprise de la province d’Idleb par les forces loyalistes syriennes qui ne générerait pas la catastrophe humanitaire qu’ont dit à juste titre craindre ses autorités.

Affaiblir El Nosra avant que la confrontation armée ne se produise dans la province en retournant contre lui les groupes rebelles auquel il a jusque-là imposé sa prépondérance mortifère semble être un point de convergence à partir duquel Poutine, Erdogan et Rohani auront facilité à convenir d’un accord sur la question de la province d’Idleb qui fera droit à la volonté du pouvoir syrien d’en finir avec « l’abcès » terroriste qu’elle est incontestablement sous le contrôle d’El Nosra et des milliers de mercenaires venus de partout s’enrôler sous sa bannière. La convergence de Moscou, d’Ankara et de Téhéran sur le cas du Front El Nosra dont tout le monde s’accorde sur le fait que c’est lui qui contrôle la plus grande partie territoriale de la province enlève aux puissances occidentales et à leurs médias mainstreams l’argument par lequel ils justifient la campagne médiatique et les menace qu’ils lancent contre le pouvoir syrien: celui que l’offensive de l’armée syrienne viserait une rébellion armée « modérée » que Damas chercherait à anéantir pour ne pas avoir à accepter des négociations sur la solution politique qui mettrait fin au conflit syrien.

KH.H

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer