Analyse

Nouvelle gifle administrée au Makhzen et à la diplomatie du Maroc

Nouvelle gifle administrée au Makhzen et à la diplomatie du Maroc

Par : Kharroubi Habib

Dans ses tentatives de s’opposer à la participation de la RASD aux sommets, rencontres et forums réunissant les Etats du continent ou ceux-ci avec des parties tierces, la diplomatie marocaine collectionne les cuisants revers. Le dernier en date lui a été administré par ce que l’Union européenne et l’Union africaine ont convenu sur le format qu’aura le sommet entre Européens et Africains prévu les 29 et 30 novembre prochain à Abidjan (Côte d’Ivoire). Celui sur lequel les deux institutions se sont entendues malgré les pressions exercées sur l’Union européenne par le Maroc et des pays européens qui lui sont favorables donne en effet satisfaction à l’Union africaine qui veut que le sommet d’Abidjan soit ouvert à tous les pays représentés en son sein ce qui est le cas de la République arabe sahraouie démocratique (RASD). Ce format sur lequel ont convergé les délégations de l’Union africaine et de l’Union européenne en charge de la préparation du prochain sommet respecte la décision prise par la première sur le sujet et ayant émané de l’accord entre les chefs des Etats de l’Union africaine.

Débouté de son exigence d’un format qui aurait donné prétexte à sa diplomatie de s’opposer à la présence de la RASD au sommet d’Abidjan, le Maroc ne va probablement pas en rester là et tentera d’y faire obstruction de manière inconvenante comme cela est désormais la stratégie de ses diplomates. De cette stratégie qui privilégie l’esclandre et le scandale diplomatique irrespectueux pour les Etats participants, l’opinion internationale en a eu à connaître les pitoyables manifestations dont la plus récente en a été la tentative humiliante avortée à Maputo de la délégation marocaine d’obtenir l’exclusion de la délégation de la RASD à l’occasion de la réunion ministérielle sur le développement de l’Afrique (TICAD-VI).

Oublieux que c’est à la condition solennellement acceptée par lui de ratifier sans réserve l’acte constitutif de l’Union africaine qu’il a été admis au sein de celle-ci, le Maroc se comporte à l’égard de l’organisation panafricaine de la manière la plus vicieuse qui puisse car il pousse en sous-main les partenaires étrangers avec lesquels elle traite des questions continentales à ne pas la considérer comme parlant et décidant au nom des Etats qui en sont membres. Ses sournoises menées par ailleurs encouragées par les puissances extracontinentales qui ont intérêt à ne pas avoir en Afrique une institution investie du pouvoir de parler au nom de l’ensemble de ses Etats, le Maroc les poursuivra avec l’objectif qu’elles finiront par faire voler en éclats le consensus au sein de l’Union africaine sur la qualité de membre à part entière et irrévocable des Etats dont la RASD l’ayant porté sur les fonts baptismaux. Mais à ce jeu-là, c’est le Maroc qui est en train de perdre car faisant à chaque coup la preuve que son retour dans la famille africaine est une opération destinée à semer la discorde en son sein qui lui permettrait de lever l’obstacle de la solidarité avec la RASD et le peuple sahraoui qu’exprime l’Union africaine faisant barrage à la reconnaissance internationale qu’il cherche à obtenir pour l’occupation, violant la légalité internationale, du Sahara occidental.
 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close
Close