CanadaNews

Nouveau Brunswick: Cafouillage électoral 

Au terme d'une soirée électorale très serrée, le Parti progressiste-conservateur de Blaine Higgs a fait élire 22 députés, tandis que le Parti libéral de Brian Gallant en a fait élire 21. Pour la première fois en près de 100 ans, un gouvernement minoritaire dirigera la province. Mais l'incertitude persiste, car Brian Gallant a annoncé son intention de rester au pouvoir.

Nouveau Brunswick: Cafouillage électoral

Montréal par : Abdelkader DJEBBAR

Au terme d’une soirée électorale très serrée, le Parti progressiste-conservateur de Blaine Higgs a fait élire 22 députés, tandis que le Parti libéral de Brian Gallant en a fait élire 21. Pour la première fois en près de 100 ans, un gouvernement minoritaire dirigera la province. Mais l’incertitude persiste, car Brian Gallant a annoncé son intention de rester au pouvoir.

Aucun ne veut lâcher prise. Suite aux élections provinciales de lundi dernier, ni les progressistes-conservateurs ni les libéraux ne jettent l’éponge et tous les deux criaient victoire, lundi soir, alors que l’incertitude planait toujours sur le parti qui formera le premier gouvernement minoritaire de la province depuis 1920.

Le premier ministre sortant du Nouveau-Brunswick, le libéral Brian Gallant, a annoncé son intention de rester au pouvoir, même si le Parti progressiste-conservateur a remporté un siège de plus au terme du dépouillement des voix. Au final, les progressistes-conservateurs ont récolté 22 sièges contre 21 pour les libéraux. Il n’est pas exclu qu’il y ait ré comptage. On sait que pour la majorité, il faut remporter 25 sièges. Il n’est pas exclu que la lieutenante-gouverneure internante dans le dossier.

Au déclenchement de la campagne, les libéraux comptaient 24 des 49  sièges de l’Assemblée législative, comparativement à 21 pour les progressistes-conservateurs et à un pour les verts. Il y avait aussi un élu indépendant et deux sièges étaient vacants.

Pendant un peu plus d’un mois, la campagne électorale s’est concentrée sur les questions de l’emploi, de l’économie et de la gestion des finances publiques. La place de la langue française dans la province a aussi attiré l’attention, alors que l’Alliance des gens s’oppose à l’existence de deux langues officielles.

Le Nouveau-Brunswick est une province du Canada, à l’est du pays avec comme capitale Fredericton. La population, selon le recensement de 2016, est estimée à 747 101 habitants. Comme au Québec, les deux langues officielles sont l’Anglais et le Français. De leur côté, les Québécois se rendront aux urnes lundi prochain pour les législatives provinciales.
A.D

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voire aussi

Close
Close
Close