Nous allons plus souvent chez ALDI et Lidl, mais pas nécessairement à cause des prix.

Nous faisons plus souvent nos courses dans les supermarchés moins chers ALDI et Lidl. C’est ce qui ressort des chiffres que Lakoom Info a demandés à l’institut d’études de marché IRI. On pourrait penser que c’est parce que les produits d’épicerie deviennent plus chers, mais il semble que les discounters ne font que regagner le terrain qu’ils ont perdu lors de la coronapandémie.

« Nous constatons un transfert des supermarchés haut de gamme comme Albert Heijn et Jumbo vers les discounters », déclare Sjanny van Beekveld d’IRI. « Mais il semble qu’il s’agisse principalement d’une reprise après le plongeon qu’ALDI et Lidl ont connu pendant la période corona et ce n’est pas directement parce que les produits d’épicerie sont devenus plus chers. »

Pendant la pandémie, nous préférions nous rendre dans un seul supermarché, où nous faisions tous nos achats, en ligne ou non. ALDI et Lidl détiennent désormais ensemble 15,9 % du marché de l’alimentation. En 2019, avant la crise de Corona, ils avaient encore une part de 16,2 %. Pendant les années corona, ce pourcentage est tombé à 15,6 %.

Lire aussi:  La recherche d'un emploi est difficile pour les personnes souffrant d'un handicap physique : "Vous êtes 1-0 en bas".

L’agence de statistiques CBS a indiqué précédemment que les aliments et les boissons sont devenus plus de 11 % plus chers en un an. Les prix plus élevés ont un effet sur ce que nous achetons en général au supermarché. « Là aussi, il faut tenir compte du fait que nous comparons avec une période où le secteur de la restauration était fermé, par exemple », souligne le chercheur de l’IRI.

« La quantité d’aliments et de boissons que nous achetons au supermarché est désormais inférieure de 6 % à celle d’il y a un an. » Une relation plus claire avec les prix élevés peut être observée dans les marques privées. « Nous en achetons beaucoup plus », déclare M. Van Beekveld.

Nous ne faisons pas d’économies sur les achats en accumulant les offres. Selon l’IRI, nous achetons moins de produits qui font l’objet d’une offre spéciale. « Avec la crème glacée, par exemple, vous voyez les gens opter pour une alternative moins chère. Et on vend moins de viande biologique, qui est plus chère que la variété non biologique.

Lire aussi:  La traditionnelle boule de glace à 1 euro est devenue une rareté

Related articles

Share article

Derniers articles

Une actrice de Marvel se sent mal à l’aise en tournant des scènes pré-CGI.

Il a été récemment rapporté dans la presse que les artistes chargés des effets visuels chez Marvel ont un...

Cette actrice revient dans la suite de « Ghostbusters : Afterlife ».

On le supposait déjà, mais c'est désormais officiel : l'actrice Mckenna Grace reprendra le rôle de Phoebe Spengler dans...

Une interview rare sur la plus grande peur de Robbie Williams

Robbie Williams souffre d'une forme effrayante d'anxiété liée à l'engagement, déclare sa femme Ayda Field dans une rare interview...