AFRIQUENewsSociété

Nigeria: le HCR préoccupé par la sécurité des femmes et enfants camerounais réfugiés

Nigeria: le HCR préoccupé par la sécurité des femmes et enfants camerounais réfugiés

GENEVE – Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s’est déclaré vendredi vivement préoccupé par la sécurité et le bien-être des femmes et des enfants parmi les milliers de personnes qui fuient les régions Anglophones du Cameroun pour se réfugier au Nigeria.

Les femmes et les enfants représentent environ 80% des 10.000 réfugiés qui ont déjà été enregistrés dans l’Etat de Cross River, au Nigeria, a fait remarquer William Spindler, porte-parole du HCR, lors d’un point de presse à Genève, précisant que ces personnes ont fui des opérations de sécurité actuellement en cours dans les régions Anglophones du Cameroun.

Beaucoup d’autres comptent parmi les milliers de Camerounais non enregistrés, dans les Etats de Benue, Taraba et Akwa Ibom, a ajouté le porte-parole.

Selon M. Spindler, le HCR travaille avec les autorités nigérianes pour aider à la réunification des enfants séparés avec leurs familles, pour fournir aux enfants non accompagnés des prestations ciblées en matière de protection et pour rétablir le droit fondamental de tous les enfants à l’éducation.

Pour les femmes, le manque de travail associé à des structures d’accueil surchargées augmente le risque de violence sexuelle et sexiste, et particulièrement le recours à la prostitution de survie. Mais selon M. Spindler, seul un nombre limité de ces cas ont toutefois été enregistré, principalement dans la communauté d’Amana de l’Etat de Cross River.

Le HCR s’inquiète toutefois du fait que de nombreux autres cas sont passés sous silence ou ne sont signalés qu’aux responsables communautaires. Des cas de violence domestique, ainsi que de grossesses précoces concernant des jeunes filles de 14 ans à peine, ont également été signalés dans l’Etat de Cross River.

éloignés de la frontière, où les réfugiés peuvent être hébergés conformément aux normes internationales.

S’il se félicite de l’immense générosité des communautés frontalières nigérianes, qui ouvrent leurs portes aux réfugiés camerounais, le HCR appelle les autorités nigérianes à continuer d’accorder l’asile aux personnes qui fuient pour sauver leur vie et de répondre à leurs besoins essentiels, en collaboration avec la communauté internationale.

Aps

 

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voire aussi

Close
Close
Close