AMÉRIQUEEtats-UnisMexiqueNews

Mur USA-MEXIQUE, 15 milliards de dollars

Mur USA-MEXIQUE, 15 milliards de dollars 

Synthèse par : Abdelkader DJEBBAR

Rien ne semble plus être au beau fixe entre les États-Unis et le Mexique à cause de ce fameux mur que le président Trump veut faire ériger entre les deux pays et ceci au frais du peuple mexicain, soit quelque chose comme quinze milliards de dollars. Réaction épidermique, le président mexicain refuse de se rendre à Washington, visite qui était prévue dans les très prochains.

De son côté, le président des États-Unis Donald Trump a estimé jeudi qu’une rencontre avec son homologue mexicain Enrique Peña Nieto aurait été «stérile» étant donné les désaccords entre les deux pays, en particulier sur le financement du mur à la frontière.

«Tant que le Mexique ne traite pas les États-Unis de manière équitable et avec respect, une telle rencontre est stérile», a-t-il affirmé devant les élus républicains du Congrès rassemblés à Philadelphie.

Peña Nieto a annoncé sur Twitter avoir informé la Maison Blanche qu’il n’assisterait pas à la rencontre prévue mardi. Autant dire que le torchon s’enflamme.

Dénonçant avec virulence l’accord de libre-échange ALENA (États-Unis, Mexique, Canada), il a estimé qu’il avait été «un désastre total» pour son pays.

«Je ne laisserai pas les contribuables américains payer pour le coût de cet accord défectueux qui aurait du être renégocié il y a des années», a-t-il encore dit.

Le nouveau président républicain a signé mercredi un décret donnant le coup d’envoi de ce projet de construction d’un mur le long de l’immense frontière entre les États-Unis et le Mexique, sa promesse de campagne la plus emblématique.

Aux États-Unis, un peu partout on qualifie le projet de “démagogique, irréaliste et chargé de sous-entendus racistes”. Le ton est donné par plusieurs médias de Californie, du Texas et de l’Arizona qui ne semblent pas du tout être “tendres avec la construction du mur frontalier décrétée par le président Trump”.

Avec ce mur, Trump “initie un projet qui n’aura pas les résultats escomptés”, souligne le San Francisco Chronicle et “il continue de dire que le Mexique va payer la facture, alors que les dirigeants mexicains ont martelé qu’ils ne le feront pas”.

Et le San Francisco Chronicle de conclure que face à Trump “les villes sanctuaires doivent tenir bon, c’est une question à la fois d’humanité et de sécurité publique”.

L’une des “pires idées de Trump”

D.A

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :