EuropeFranceNewsRevue de presseSantéSociété

Migrants : pourquoi les traversées de la Manche se multiplient ces derniers jours

Le coronavirus a poussé plus de migrants à prendre la mer, pour rejoindre la Grande-Bretagne. Mais ce n'est pas la seule raison de cette recrudescence.

Migrants : pourquoi les traversées de la Manche se multiplient ces derniers jours

Par : Anthony Berthelier

Le coronavirus a poussé plus de migrants à prendre la mer, pour rejoindre la Grande-Bretagne. Mais ce n’est pas la seule raison de cette recrudescence.

DIPLOMATIE – Coup de chaud sur les relations franco-britanniques. Chris Philp, le secrétaire d’Etat à l’Immigration de Boris Johnson est à Paris ce mardi 11 août pour demander des comptes au gouvernement français: depuis le début de l’année, la Manche est le théâtre d’une multiplication massive des traversées migratoires clandestines entre les côtes françaises et anglaises.

C’est encore plus vrai ces derniers jours. Selon le décompte de l’agence PA, plus de 4000 migrants sont arrivés illégalement au Royaume-Uni par la Manche depuis le mois de janvier dont environ 600 depuis jeudi dernier seulement, avec plusieurs jours de traversées à des niveaux record.

“Il ne fait aucun doute qu’on assiste aux activités de gangs cruels et criminels qui risquent la vie de ces gens en leur faisant traverser la Manche”, a notamment pesté Boris Johnson lundi, appelant la France à agir rapidement. Ce sera donc l’objet d’une rencontre place Beauvau entre son secrétaire d’État, “le cabinet” de Gérald Darmanin et “les services en charge” de la question, selon les mots de l’entourage du ministre français.

Effets Covid et météo, mais pas seulement

Mais comment expliquer cette situation migratoire ? Sarah Turnnidge, journaliste pour l’édition britannique du HuffPost nous confirme la montée en puissance des traversées de la Manche. Et comme l’expliquait le préfet du Pas-de-Calais, Fabien Sudry au tout début du mois, ce phénomène est une des très nombreuses conséquences de la crise du coronavirus.

″À mesure que les niveaux de fret routier ont baissé, il est devenu plus difficile pour les réfugiés de voyager avec les camions. Ainsi, de plus en plus de personnes font la traversée en petit bateau même si c’est plus dangereux”, nous explique la journaliste. Autre explication : la crise sanitaire, et l’arrêt quasiment complet des économies mondiales ont également réduit le nombre de porte-conteneurs sur les eaux, de quoi rendre le passage “un peu plus sûr” qu’à l’accoutumée.

Contacté par Le HuffPost, le ministère de l’Intérieur ajoute de son côté que “des conditions météorologiques favorables” ont également joué un rôle dans la “recrudescence des tentatives” ces derniers jours.

Mais, le contexte sanitaire et l’arrivée des beaux jours ne suffisent pas à expliquer le phénomène. En s’appuyant sur les témoignages d’ONG anglaises, Sarah Turnnidge indique que les conditions de vie -toujours aussi déplorables-à Calais sont le terreau de cette situation. “Les conditions dans les camps de Calais sont aussi mauvaises qu’elles l’étaient en 2016. Les gangs de passeurs profitent également de la situation désespérée pour faire traverser plus de personnes par bateau”, avance-t-elle, en citant des humanitaires britanniques.

Le gouvernement de Boris Johnson est excédé

Quelles qu’en soient les raisons, le phénomène exaspère les autorités britanniques, aux premiers rangs desquels Boris Johnson. Alors que le Premier ministre fustige une pratique “mauvaise, stupide, dangereuse et criminelle”, son ministre de l’Immigration détaille dans le Telegraph tout ce que la France devrait mettre en œuvre de son côté pour tarir les flux. Comprendre : elle n’en fait actuellement pas assez.

Chris Philp, dont l’un des combats est de faire que la France ramène les migrants sur son sol, se propose par exemple de montrer aux autorités “comment les bateaux peuvent être interceptés et renvoyés en toute sécurité.”

La colère est telle en Grande-Bretagne, que la ministre de l’Intérieur Priti Patel a demandé l’aide de la Marine pour rendre “impraticables” les traversées illégales de la Manche. Une enquête officielle a également été lancée au cours de la semaine par un comité parlementaire afin “d’examiner les raisons derrière l’augmentation du nombre de traversées de migrants, ainsi que les réponses apportées par les autorités Britanniques et Françaises.”

La France se défend et promet un nouveau plan

Placées, implicitement au moins, sur le banc des accusés, les autorités françaises se défendent de tout laxisme sur cette question épineuse. Chiffres à l’appui. “Pour le mois de juillet 2020, nous avons empêché dix fois plus de traversées qu’en juillet 2019 et quatre fois plus d’embarcations et de matériels ont été découverts dans les dunes. Ces données témoignent d’un taux d’échec des traversées maritimes à 47 % en 2020, contre 40 % en 2019”, nous explique le ministère de l’Intérieur entre autres données censées montrer la “pleine mobilisation” de la France.

Au-delà de ces questions de responsabilités, reste une situation humanitaire dramatique pour des milliers de réfugiés qui tentent cette traversée au péril de leur vie. “Les ONG ont prévenu que la situation ne s’améliorerait pas sans de nouvelles stratégies entre la France et le Royaume-Uni”, rapporte Sarah Turnnidge.

En ce sens, le ministère de l’Intérieur nous confirme travailler avec les Britanniques sur un nouveau “plan de lutte” contre ces traversées maritimes. Il viendra ainsi s’ajouter à la “cellule franco-britannique de renseignement” déjà promise par Gérald Darmanin. De quoi faire baisser la température ?

Source : HuffPost 11/08 2020

 

 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :