Michelin et Nokian coupent leurs liens avec la Russie

Le fabricant français de pneus Michelin et la société finlandaise Nokian cessent leurs activités en Russie. Ils sont les premiers fabricants de pneus occidentaux à se retirer du pays.

L’italien Pirelli et l’allemand Continental sont également présents en Russie. Michelin affirme ne pas pouvoir y reprendre sa production en raison des problèmes d’approvisionnement causés par les sanctions contre le pays.

Il est possible que ce départ soit accéléré par la nouvelle législation qui entrera en vigueur en Russie dans les prochaines semaines. Il stipule que les actifs des entreprises qui quittent le pays en raison de l’invasion de l’Ukraine seront confisqués. Des pénalités peuvent également être imposées pour cela.

Lire aussi:  L'inflation en Ukraine s'accélère et approche les 22 %.

Michelin, qui est devenu le premier fabricant de pneus à opérer en Russie en 2004, a arrêté sa production peu après le raid, à la mi-mars. « Il est désormais techniquement impossible de la reprendre, dans un contexte d’incertitude générale », a déclaré la société.

Peu de temps après, Nokian, issue de Nokia, a également annoncé son départ. Cette société possède son plus grand site de production en Russie.

Related articles

Share article

Derniers articles

Lire aussi:  L'inflation en Ukraine s'accélère et approche les 22 %.