AlgérieEuropeNews

Messahel: l’Algérie, un “cas” en matière de réconciliation nationale

COPENHAGUE- Le Ministre des Affaires Etrangères, Abdelkader Messahel, a souligné jeudi à Copenhague que l'Algérie est un "cas d'école" en matière de réconciliation nationale, lors d'une conférence qu'il a animée au Collège royal de Défense du Danemark.

Messahel: l’Algérie, un “cas” en matière de réconciliation nationale

COPENHAGUE- Le Ministre des Affaires Etrangères, Abdelkader Messahel, a souligné jeudi à Copenhague que l’Algérie est un “cas d’école” en matière de réconciliation nationale, lors d’une conférence qu’il a animée au Collège royal de Défense du Danemark.

Il a indiqué que “la politique de réconciliation nationale, prônée par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika et mise en œuvre sous sa conduite avec le soutien massif, par voie référendaire, de tout le peuple algérien, sacralise la vie humaine et la place au-dessus de toute autre considération”, ajoutant qu'”elle repose sur les valeurs fondamentales de tolérance, de dialogue, du vivre ensemble en paix, de l’acceptation mutuelle et du respect de la différence”.

Dans le même ordre d’idées, il a affirmé que “la justice sociale, pour sa part, réduit les vulnérabilités ainsi que les marges d’exposition aux arguments développés, et fortement exploités, par les idéologues et les recruteurs des groupes extrémistes et terroristes”.

Le ministre des Affaires étrangères a indiqué, par ailleurs, que “la lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme consiste à priver les tenants et promoteurs du terrorisme et de l’extrémisme violent de facteurs d’ancrage dans la société et dans son mode de fonctionnement politique et socio-économique”.

“C’est dans cette voie que l’Algérie s’est engagée depuis l’accession du Président Abdelaziz Bouteflika à la magistrature suprême du pays en 1999.

Et c’est grâce à cette politique que le pays a rapidement refermé, par des voies pacifiques et en partant de la conviction que la voie de la répression légale a nécessairement ses limites, les plaies de la décennie noire et mobilisé le peuple tout entier autour du seul objectif qui vaille la peine, le développement du pays et le bien-être de tous ses citoyens, sans exception ou exclusion, dans le respect de la Constitution et des lois de la République”, a souligné M. Messahel.

Rappelant l’initiative de l’Algérie que l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies avait adoptée et faisant du 16 mai de chaque année la Journée internationale du +Vivre ensemble en paix+, M. Messahel a indiqué que l’Algérie “s’emploie, aujourd’hui, à promouvoir et à ancrer dans les esprits et le comportement des citoyens et des institutions les valeurs et vertus du vivre ensemble en paix”.

Aps

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :