AlgérieCultureFranceNews

Meriem Beldi en concert : Une belle étoile sur Paris

Meriem Beldi en concert
Une belle étoile sur Paris

Par Fayçal Charif
Elle montera sur scène ce samedi 20 janvier au Centre culturel Algérien pour un concert exclusif avec des allures d’andalou et des airs de châabi. « Au croisement de l’andalou et du châabi », elle fait dans l’original, en rendant un vibrant hommage au grands de ce chant populaire qui puise dans le patrimoine poétique et musical de tout un peuple.

Meriem Beldi va sans aucun doute ravir son public par ce spectacle proposé et très attendu. Elle revient avec une nouveauté. Elle innove pour chanter le Châabi, un espace réservé généralement aux hommes, avec cette belle idée qu’elle confectionne : «  Ce sera un concert 100% chaâbi, assure t-elle. Il y aura du  kassid (des poèmes) et des chansonnettes de Mahboub Bati à travers lesquelles je veux rendre hommage aux grands maîtres du Châabi comme Fadela Dziriya, Boudjemaa El Ankis, Amar Ezzahi, El Hachemi Guerouabi et d’autres monuments de cette illustre musique ».

Meriem est issue d’une famille mélomane algéroise. Une famille qui aime la belle musique et aime bien évidemment le châabi. Le son, le ton et le rythme, la petite fille d’Alger en connait un bout. Eprise par la musique, elle est dès l’âge de 6 ans élève assidue au sein de la prestigieuse école algéroise de la musique arabo-andalouse El Mawsilia. Elle est repérée très vite, grâce à ce don qu’elle avait quand elle chantait. Une belle voix veloutée qui berce et une audace sur scène qui ne trahit pas.

Elle devient chanteuse comme si c’était écrit, et va caresser l’instrument, le Oud, comme si c’était sa destinée. Mais elle régale aussi avec un Mandol ou tout autre instrument à corde. Meriem fait son chemin d’artiste en Algérie doucement, mais sûrement. Elle deviendra plus trad l’une des rares artistes féminines à oser chanter le répertoire châabi, interprété exclusivement par des hommes depuis son avènement dans les années 30.

En parallèle, Meriem avait fait des études supérieures en  droit des relations économiques internationales. Un diplôme qu’elle garde sous le coude. En 2004, elle immigre en France et approche le monde artistique parisien et devient incontournable dans son genre. Elle se fait une belle réputation artistique sur scène et devient très demandée grâce à son style raffiné et sa voix qui interprète un programme riche et varié fait de nouba de la sanaâ d’alger, de hwaza, de Aroubi ainsi que de châabi algérois, son petit péché mignon. A son actif, au jour d’aujourd’hui, 4 albums. Elle est chaleureusement accueillie sur plusieurs scènes nationales et internationales (institut du monde arabe, cabaret sauvage, Festivals…).

« Actuellement, j’enregistre mon cinquième album qui sortira normalement en mars prochain et sera commercialisé en France » dévoile Meriem. « C’est un Album Chaâbi, mon premier du genre, dans lequel il y aura des reprises et de nouvelles chansons écrites pour moi avec des nouvelles compositions ».

Meriem Beldi sera donc au Centre Culturel Algérien ce samedi et le 17 mars prochain elle présentera un spectacle au Centre Dunois à Paris. D’autres concerts vont suivre. L’artiste est sur un beau nuage et sa belle étoile est étincelante.

Entrée 15 euros
Billetterie: Vente au Centre Culturel Algérien à Paris
171 rue de la Croix Nivert 75015-Paris
Tél: 01 45 54 95 31

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer