MaghrebNews

Mauritanie : Une rentrée scolaire pas comme les autres

Elèves et enseignants ont repris lundi le chemin des classes à l’occasion de la rentrée scolaire 2019-2020, une rentrée scolaire bien préparée comparativement aux années passées. Cette rentrée des classes coïncide avec l’arrivée au pouvoir du président Mohamed Ould Ghazwani qui a fait de la réforme du système éducatif mauritanien la priorité de ses priorités.

Mauritanie : Une rentrée scolaire pas comme les autres

Nouakchott par : Bakari Guèye

Elèves et enseignants ont repris lundi le chemin des classes à l’occasion de la rentrée scolaire 2019-2020, une rentrée scolaire bien préparée comparativement aux années passées.

Cette rentrée des classes coïncide avec l’arrivée au pouvoir du président Mohamed Ould Ghazwani qui a fait de la réforme du système éducatif mauritanien la priorité de ses priorités.

C’est dans ce cadre qu’il a tenu personnellement à donner le coup d’envoi de la nouvelle année scolaire, lundi, 7 octobre 2019 à partir de l’école Wajaha Ould Memé au secteur 18 du quartier « Tarhil » dans la banlieue du département de Riyad (Nouakchott/Sud).

Sur place, le Président de la République a visité une exposition organisée par les secteurs de l’éducation nationale, de l’enseignement préscolaire, les personnes à besoins spécifiques, l’inspection générale chargée de la préparation des programmes et expositions des produits de l’Institut Pédagogique National (IPN), de l’enseignement fondamental, de l’enseignement secondaire, de la formation professionnelle et technique.

Le Président de la République s’est rendu dans toutes les salles de classe où il s’est informé sur les préparatifs accompagnant l’ouverture de l’année scolaire, les leçons présentées aux élèves, les préparatifs au niveau du cadre humain et les efforts déployés par les parents d’élèves pour assurer une bonne entrée des élèves dans les différents cycles de l’enseignement.

Le Président de la République a exhorté la famille scolaire à ancrer les valeurs de l’école républicaine pour assurer l’intégration sociale, la coexistence pacifique, présenter un service pédagogique de qualité, réunir les conditions appropriées pour la réussite de la nouvelle année scolaire, surtout à ce moment où l’Etat s’emploie à rendre disponibles les moyens matériels et humains pour cela.

Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, a réitéré sa volonté de faire de l’enseignement la priorité des priorités, insistant, dans ce cadre, sur l’importance de l’école républicaine dans la préservation de la cohésion nationale et sur la nécessité de donner à tous les fils du pays l’occasion de profiter de la scolarité, sans aucune discrimination et avec justice et équité.

Dans une déclaration à la presse il a affirmé : « Nous sommes tous d’accord que l’enseignement est l’unique voie pour acquérir la science et le savoir et qu’il est aussi le seul moyen pour le progrès des sociétés, le développement et la prospérité des pays.

J’ai exprimé plus d’une fois l’intérêt que j’accorde à ce secteur, partant de ma profonde conviction de son importance. Et aujourd’hui et à l’occasion de l’année scolaire je renouvelle cela, affirmant ma volonté de faire de lui la priorité des priorités. »

Un programme ambitieux

Dans sa déclaration de politique générale présentée récemment devant l’Assemblée Nationale, le premier ministre mauritanien a décliné les grands axes de la politique éducative.

C’est ainsi que le développement du capital humain et le renforcement de la cohésion nationale seront au centre de l’action du Gouvernement, conformément à l’engagement pris par le Président de la République dans son programme électoral qui vise à faire de son mandat « un quinquennat d’accélération et d’intensification des politiques d’éducation, de santé et d’emploi », dans « Un élan sincère de concorde, de fraternité et d’acceptation de l’autre nécessaire pour assurer une cohésion nationale où l’apport de chacun sera un enrichissement collectif ».

A cet égard, et sur la base d’une analyse objective des politiques sociales menées jusqu’ici et des défis rencontrés, le Gouvernement donnera une priorité absolue à la mise en œuvre d’ambitieux programmes en matière d’éducation, de formation, de promotion des services sanitaires et sociaux, de lutte contre les disparités sociales, la pauvreté et la vulnérabilité, de soutien aux groupes défavorisés et au renforcement de la cohésion familiale.

Dans cette optique, armé d’une forte volonté, le Gouvernement, avec la participation de tous les mauritaniens dans le cadre d’un sursaut national, mettra en place, un système éducatif performant, fondé sur une école républicaine creuset de l’égalité, de l’équité et de la cohésion sociale, où nos enfants recevront une éducation empreinte de nos valeurs islamiques et de notre culture arabe et africaine, ouverte aux impératifs de la modernité, leur donnant la possibilité d’acquérir les connaissances et les aptitudes garantissant leur réussite sur les plans personnel et professionnel.

Un processus de concertation inclusif, prenant en compte les expériences passées et les recommandations des différents rapports de diagnostic du secteur sera lancé incessamment. Ce processus aboutira à une loi d’orientation encadrant la mise en place de l’école à laquelle nous aspirons, et que nous devons aux générations futures. Enfin, la part du secteur de l’éducation dans le budget de l’Etat sera progressivement augmentée pour atteindre 20% avant 2024.
Le Gouvernement mettra aussi l’accent sur la qualification des enseignants, en renforçant leurs compétences, et en améliorant leurs formations et conditions morales et matérielles de travail, en leur fournissant les outils pédagogiques nécessaires à l’accomplissement de leur mission et en veillant à ce qu’ils soient en nombre suffisant dans les classes.

À cette fin, les écoles de formation des enseignants seront restructurées et leur capacité d’accueil élargie, et les enseignants seront évalués afin de mesurer leurs aptitudes et leurs compétences. La rémunération des enseignants méritants connaitra une augmentation très significative indexée sur la performance. Les cinq années à venir connaitront aussi de vastes opérations de recrutement de nouveaux enseignants pour résorber les déficits dans ce domaine.

En ce qui concerne l’enseignement privé, des mesures seront prises pour qu’il s’acquitte convenablement de sa mission en complémentarité avec l’enseignement public.

Le Gouvernement analysera les disfonctionnements de la carte scolaire actuelle et prendra les mesures adéquates pour rationaliser l’utilisation des moyens humains et matériels du secteur.

Le pilotage sera amélioré à travers l’adoption d’une politique décentralisée qui permettra la responsabilisation des différents échelons de gestion du système.

A cela s’ajoutent le renforcement des inspections, du suivi et de l’évaluation, ainsi que la mise en place de mécanismes permettant de gérer et de suivre les établissements d’enseignement et les cheminements de carrière des enseignants.

Les mesures nécessaires seront prises pour que l’éducation soit obligatoire jusqu’à l’âge de 14 ans, dans le cadre d’une politique visant à lutter contre la déperdition scolaire, en particulier celle des filles. Ce processus sera accompagné de la mise en place de cantines scolaires et de moyens de transport scolaire en plus de la distribution de bourses.
L’enseignement des matières scientifiques fera l’objet d’une attention particulière et le système des écoles d’excellence sera revu afin de clarifier ses missions et déterminer les conditions permettant de le rendre plus efficace et plus inclusif.

Le Gouvernement s’attèlera à faire de l’enseignement technique un véritable facteur d’intégration professionnelle répondant aux besoins de l’économie nationale en main-d’œuvre qualifiée. Pour ce faire, l’offre de formation professionnelle qualifiante sera élargie et les partenariats public-privé dans ce domaine, renforcés.

Les structures de formation professionnelle offriront à 40 000 jeunes mauritaniens l’opportunité de suivre une formation professionnelle de haute qualité. Les filières dans les formations techniques seront élargies aux domaines maritime, agricole, vétérinaire, industriel, du bâtiment et des travaux publics, aux professions et technologies de l’information et de la communication et au commerce et services.

En outre, le Gouvernement promouvra un enseignement supérieur en mesure d’accompagner l’évolution des connaissances et de contribuer efficacement, au développement durable. De nouveaux horizons s’ouvriront pour l’accès rapide des jeunes à des emplois de qualité, à travers l’augmentation de la capacité d’accueil de l’école polytechnique et le développement d’instituts et d’écoles orientés vers les métiers d’avenir comme les nouvelles technologies, le marketing, le commerce et la gestion.

La priorité, dans ce domaine, sera donnée à l’amélioration de l’accès, de la qualité et de la pertinence de l’offre et le développement, l’amélioration continue de la gouvernance administrative pédagogique et académique.

La recherche scientifique sera orientée vers les questions liées au développement du pays ; des mesures incitatives seront prises pour encourager le secteur privé à investir dans son financement, en particulier dans les domaines de la recherche appliquée. Le Haut Conseil de la Recherche et l’Innovation sera opérationnalisé et un fonds de financement sera mis en place pour encourager la recherche et l’innovation.

Par ailleurs, et dans le cadre des mesures visant à consolider les principes d’unité nationale, de cohésion sociale et d’égalité des citoyens, une éducation préscolaire gratuite pour les groupes vulnérables, un centre de formation aux métiers de la petite enfance sera mis en place. L’uniforme scolaire unifié sera introduit et un programme progressif d’unification de l’enseignement fondamental sera mis en place à partir de 2020-2021.

La réforme de l’éducation est un projet capital, qui permettra de concrétiser ce que nous souhaitons pour nos enfants. Aussi, nous devons prendre toutes les mesures qui garantiront l’atteinte des objectifs que nous nous fixons.

Conscient que l’école est un espace où tous les enfants doivent se sentir égaux et auquel les parents font confiance, le Gouvernement, tout en évitant les errements du passé, compte rendre à l’école sa crédibilité fondée sur la valorisation de l’enseignant à travers l’amélioration de ses conditions de travail et de vie.

Au-delà de l’amélioration du contenu de l’enseignement le Gouvernement se focalisera sur le développement, chez nos enfants, des valeurs et des principes de citoyenneté et de fraternité.

B.G

 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :