MaghrebNewspolitique

Mauritanie : Pus de 70 partis politiques dissous par le Ministère de l’intérieur

Le Ministère Mauritanien de l’intérieur vient de dissoudre soixante seize (76) Partis politiques sur les 103 qui étaient officiellement reconnus dans le pays.

Mauritanie : Pus de 70 partis politiques dissous par le Ministère de l’intérieur

Nouakchott par : Bakari Guèye 

Le Ministère Mauritanien de l’intérieur vient de dissoudre soixante seize (76) Partis politiques sur les 103 qui étaient officiellement reconnus dans le pays.

Cette décision qui intervient à quelques mois des élections Présidentielles jugées capitales pour l’avenir du pays a eu l’effet d’une bombe, notamment dans le camp de l’opposition où certains de ces Partis étaient en conclave pour choisir un candidat unique.

Elle est fondée sur la loi 031 du 18 mai 2018, modifiant certaines dispositions de l’article 20 de la  loi 2012/024 /2012 relative aux financements des Partis politiques et a leur dissolution.

En vertu de cette fameuse loi les Partis n’ayant pas obtenu au moins 1% des suffrages aux élections générales de septembre dernier doivent être dissous. Seulement dans l’application de ladite loi, le Ministère semble avoir agi avec un peu trop de zèle pour mettre hors jeu certains partis gênants.

Ces Partis qui étaient jusque là en sursis viennent donc de mettre la clé sous le paillasson.

Si une poignée des Partis dissous présentent tous les critères requis, la plupart de ces formations politiques appelées ici Partis-cartables sont fondés sur des bases familiales, tribales, ethniques voire raciales.

Ce sont généralement des Partis de personnes où le Président a droit de vie et de mort sur les militants.

En décidant d’agir de la sorte en faisant le ménage dans cette écurie d’Augias que fut le microcosme politique Mauritanien, le pouvoir veut faire d’une pierre deux coups. D’abord répondre favorablement à une demande pressante de l’opinion visant à réduire cette pléthore de Partis, (plus d’une centaine pour une population de 4 millions d’habitants). Ensuite, couper l’herbe sous les pieds de certains opposants jugés peu fréquentables et les priver de tremplins qui leur permettaient de faire entendre leurs voix.

Il s’agit donc d’un véritable coup de massue qui devrait faire mouche. En effet, en décidant d’interdire ces partis, notamment ceux affiliés à l’opposition jugée radicale, le Ministère de l’intérieur met ainsi hors d’état de nuire ces formations politiques dont l’ancrage ne fait pas de doute.

Et le fait que ces formations soient jugées à l’aune des résultats électoraux, dont la transparence est douteuse, constitue en soi une entorse et poussent certains d’entre eux à crier au scandale.

Quoiqu’il en soi, cet assainissement de la scène politique Mauritanienne s’imposait même si il dégage des relents d’un règlement de compte.

B.G

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :