MaghrebNews

Mauritanie : L’ex-Président s’explique devant la presse

L’ex-Président Mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz a tenu ce vendredi une conférence de presse à Nouakchott pour faire le point sur les questions de l’heure et notamment sur son différend avec son successeur qu’il accuse d’avoir fait main basse sur le Parti-Etat, l’Union Pour la République qui s’apprête à organiser son congrès le 28 décembre.

Mauritanie : L’ex-Président s’explique devant la presse

Nouakchott par : Bakari Guèye

L’ex-Président Mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz a tenu ce vendredi une conférence de presse à Nouakchott pour faire le point sur les questions de l’heure et notamment sur son différend avec son successeur qu’il accuse d’avoir fait main basse sur le Parti-Etat, l’Union Pour la République qui s’apprête à organiser son congrès le 28 décembre.

Cette conférence de presse de Ould Abdel Aziz qui a suscité un grand tapage médiatique est loin d’avoir tenu toutes ses promesses. Les Mauritaniens sont donc restés sur leur faim, eux qui espéraient être enfin édifiés sur des questions importantes ayant trait à la gestion chaotique du pays durant la dernière décennie.

Ainsi, tout au long de cette conférence de presse, Mr Aziz s’est focalisé sur la crise de l’UPR dénonçant avec la dernière énergie la mainmise du Président actuel et sa mise à la touche. Il a également cloué au pilori la violation du règlement intérieur du parti et de la constitution, dénonçant au passage l’accaparement jugé illégal et immoral du parti par le Président et son équipe.

Il s’est élevé contre ce qu’il a appelé la personnalisation des choses et le culte de la personnalité. Son retour précipité sur la scène politique, il l’explique par son souci de défendre et d’ancrer les acquis démocratiques et la stabilité du pays qu’il juge menacé. Et il n’a pas non plus été tendre avec le gouvernement qu’il a qualifié de paralysé et partant inefficace.

D’ailleurs Mr Aziz n’a pas été tendres avec certains membres du gouvernement dont le Ministre de l’énergie qu’il a accusé d’avoir été téléguidé pour convoquer la réunion qui a décidé de fixer la date du congrès du parti.

Mais aussi, le premier Ministre Mr Ismael était dans son viseur. A ce dernier Mr Aziz est allé jusqu’à douter de son appartenance à l’UPR, une attitude bizarre quand on sait que l’actuel premier Ministre fut membre en 2009 du premier Bureau Exécutif de l’UPR et Président de la Commission d’organisation du premier congrès, le seul jusque-là d’ailleurs.

Il fut également le directeur de campagne du candidat du Parti à l’élection Présidentielle, en 2009, au niveau de Nouakchott.

Des bourdes de ce genre, on en compte beaucoup au cours de cette conférence de presse. C’est ainsi que l’ex-Président a affirmé sans gêne que certains Ministres ont bel et bien bénéficié de licences de pêche ; un chose tout à fait normal affirme-t-il, non sans ostentation.

Il a également reconnu qu’il est riche, balayant d’un revers de la main les accusations d’enrichissement illicite qui dit-il ne sont pas fondées.

S’agissant de l’octroi des marchés publics Mr Aziz a dit qu’en dehors de quelques rares marchés passés sous la forme du gré à gré (Construction de l’aéroport, du nouveau Palais des Congrès et l’achat des avions de la MAI), la transparence était toujours de mise.

Il est pour un audit général et pour la mise sur pied d’une commission d’enquête parlementaire, mais précise-t-il, les membres de cette commission en seront les premières victimes. Pour Mr Aziz, les dirigeants des Partis qui s’activent pour lui demander des comptes sont tous mouillés et chacun d’eux dit-il à un dossier compromettant.

L’ex-Président dit avoir laissé les comptes du pays au vert avec la bagatelle de 21 milliards d’ouguiyas dans les caisses de l’Etat et cela dit-il sans compter les 15 millions de dollars qui devaient être versés dans les caisses du trésor public, dans les jours qui suivent le 1er août.

Et, au niveau de la BCM, le solde en devise se chiffrait à un milliard trente-six millions de dollars.

Donc à l’en croire, il n’avait rien à craindre. Mais le hic c’est que à une question sur les rapports de la cour des comptes publiés récemment, il a répondu avec désinvolture et d’une manière plutôt évasive.

Par ailleurs, les grandes questions économiques n’ont pas été abordées, notamment la pêche et les mines, avec le sort réservé aux centaines de milliards issus de la vente du fer dont les cours avaient connu une hausse historique entre 2012 et 2014.

Aucun mot non plus sur l’utilisation des 200 millions de dollars versés par les Libyens en contrepartie de l’extradition de Sénoussi, l’ex patron des services de renseignements de Kadafi.

Voilà des dossiers qui pourraient être mis sur la table par la commission d’enquête parlementaire si jamais elle voit le jour ou à défaut par un éventuel tribunal destiné à juger les crimes économiques de l’ancien régime.

B.G

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :