News

Mauritanie : La fondation Moktar Ould Dadah dans l’œil du cyclone

Mauritanie

La fondation Moktar Ould Dadah dans l’œil du cyclone

Par : Bakari Guèye

A la veille de la commémoration du 55ème anniversaire de l’indépendance nationale, le conseil des ministres a entériné la décision de retrait de reconnaissance d’utilité publique de la Fondation Mokhtar Ould Daddah.
L’argument avancé par le conseil pour justifier cette lourde sanction contre cette fondation dirigée par Mme Marième Dadah, ex-première dame du pays c’est: « un manquement manifeste de ladite fondation à s’acquitter de ses obligations conformément à la réglementation en vigueur ».
Mais il est curieux de remarquer qu’elle intervient au lendemain de la diffusion d’une lettre ouverte de Marième Dadah, adressée au président de la République et dans laquelle elle s’insurge contre l’appellation du tout nouvel aéroport de Nouakchott dénommé « Oum Tounsy ».
Dans sa lettre Marième Dadah souligne: « Il se trouve en outre, que le nom d’Oum Tounsi rappelle une bataille qui, en 1932 a opposé dans le cadre du processus de pacification alors en cours, les Mauritaniens du Groupement nomade du Trarza alliés à la France, à d’autres Mauritaniens hostiles à cette dernière.
Cette bataille symbolise donc à nos yeux la division, alors qu’aujourd’hui, la Mauritanie a, plus que jamais, besoin d’unité.
Dans la plupart des pays africains, l’aéroport de la capitale porte le nom du Père Fondateur. Nous nourrissons le ferme espoir que dans quelques jours, l’aéroport international de Nouakchott portera lui aussi le nom de Moktar Ould Daddah, le Père Fondateur de la République Islamique de Mauritanie. »
Telle serait la goutte qui a fait déborder le vase. Et la réaction fut cinglante et disproportionnée.
Cela s’expliquerait par le ressentiment refoulé du pouvoir contre le père de la nation et par la complexité de ce dossier très sensible qui fut déjà l’objet d’une vive polémique déclenché par le Colonel Ould Beibacar, un officier à la retraite, bête noire du régime et qui s’est inscrit en faux contre l’appellation officielle du nouvel aéroport.
S’exprimant à ce sujet lors de sa conférence de presse le 28 novembre à Nouadhibou, le président Aziz a affirmé que la fondation a porté préjudice au peuple mauritanien.
 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

News

Mauritanie : La fondation Moktar Ould Dadah dans l’œil du cyclone

Mauritanie

La fondation Moktar Ould Dadah dans l’œil du cyclone

Par : Bakari Guèye

A la veille de la commémoration du 55ème anniversaire de l’indépendance nationale, le conseil des ministres a entériné la décision de retrait de reconnaissance d’utilité publique de la Fondation Mokhtar Ould Daddah.
L’argument avancé par le conseil pour justifier cette lourde sanction contre cette fondation dirigée par Mme Marième Dadah, ex-première dame du pays c’est: « un manquement manifeste de ladite fondation à s’acquitter de ses obligations conformément à la réglementation en vigueur ».
Mais il est curieux de remarquer qu’elle intervient au lendemain de la diffusion d’une lettre ouverte de Marième Dadah, adressée au président de la République et dans laquelle elle s’insurge contre l’appellation du tout nouvel aéroport de Nouakchott dénommé « Oum Tounsy ».
Dans sa lettre Marième Dadah souligne: « Il se trouve en outre, que le nom d’Oum Tounsi rappelle une bataille qui, en 1932 a opposé dans le cadre du processus de pacification alors en cours, les Mauritaniens du Groupement nomade du Trarza alliés à la France, à d’autres Mauritaniens hostiles à cette dernière.
Cette bataille symbolise donc à nos yeux la division, alors qu’aujourd’hui, la Mauritanie a, plus que jamais, besoin d’unité.
Dans la plupart des pays africains, l’aéroport de la capitale porte le nom du Père Fondateur. Nous nourrissons le ferme espoir que dans quelques jours, l’aéroport international de Nouakchott portera lui aussi le nom de Moktar Ould Daddah, le Père Fondateur de la République Islamique de Mauritanie. »
Telle serait la goutte qui a fait déborder le vase. Et la réaction fut cinglante et disproportionnée.
Cela s’expliquerait par le ressentiment refoulé du pouvoir contre le père de la nation et par la complexité de ce dossier très sensible qui fut déjà l’objet d’une vive polémique déclenché par le Colonel Ould Beibacar, un officier à la retraite, bête noire du régime et qui s’est inscrit en faux contre l’appellation officielle du nouvel aéroport.
S’exprimant à ce sujet lors de sa conférence de presse le 28 novembre à Nouadhibou, le président Aziz a affirmé que la fondation a porté préjudice au peuple mauritanien.
 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

News

Mauritanie : La fondation Moktar Ould Dadah dans l’œil du cyclone

Mauritanie

La fondation Moktar Ould Dadah dans l’œil du cyclone

Par : Bakari Guèye

A la veille de la commémoration du 55ème anniversaire de l’indépendance nationale, le conseil des ministres a entériné la décision de retrait de reconnaissance d’utilité publique de la Fondation Mokhtar Ould Daddah.
L’argument avancé par le conseil pour justifier cette lourde sanction contre cette fondation dirigée par Mme Marième Dadah, ex-première dame du pays c’est: « un manquement manifeste de ladite fondation à s’acquitter de ses obligations conformément à la réglementation en vigueur ».
Mais il est curieux de remarquer qu’elle intervient au lendemain de la diffusion d’une lettre ouverte de Marième Dadah, adressée au président de la République et dans laquelle elle s’insurge contre l’appellation du tout nouvel aéroport de Nouakchott dénommé « Oum Tounsy ».
Dans sa lettre Marième Dadah souligne: « Il se trouve en outre, que le nom d’Oum Tounsi rappelle une bataille qui, en 1932 a opposé dans le cadre du processus de pacification alors en cours, les Mauritaniens du Groupement nomade du Trarza alliés à la France, à d’autres Mauritaniens hostiles à cette dernière.
Cette bataille symbolise donc à nos yeux la division, alors qu’aujourd’hui, la Mauritanie a, plus que jamais, besoin d’unité.
Dans la plupart des pays africains, l’aéroport de la capitale porte le nom du Père Fondateur. Nous nourrissons le ferme espoir que dans quelques jours, l’aéroport international de Nouakchott portera lui aussi le nom de Moktar Ould Daddah, le Père Fondateur de la République Islamique de Mauritanie. »
Telle serait la goutte qui a fait déborder le vase. Et la réaction fut cinglante et disproportionnée.
Cela s’expliquerait par le ressentiment refoulé du pouvoir contre le père de la nation et par la complexité de ce dossier très sensible qui fut déjà l’objet d’une vive polémique déclenché par le Colonel Ould Beibacar, un officier à la retraite, bête noire du régime et qui s’est inscrit en faux contre l’appellation officielle du nouvel aéroport.
S’exprimant à ce sujet lors de sa conférence de presse le 28 novembre à Nouadhibou, le président Aziz a affirmé que la fondation a porté préjudice au peuple mauritanien.
 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :