MaghrebNews

Maroc : Nasser Zefzafi a subi des violences physiques lors de son arrestation

Maroc : Nasser Zefzafi a subi des violences physiques lors de son arrestation

WASHINGTON – Le leader du mouvement Hirak qui mène la contestation populaire au Rif marocain, Nasser Zefzafi, a subi des violences policières lors de son arrestation en mai dernier, a indiqué jeudi l’ONG Human Rights Watch (HRW) dans un communiqué.

“La police a arrêté et sévèrement battu le leader des manifestations sociales au Rif marocain”, a déclaré l’ONG américaine, citant en cela un compte rendu d’un avocat de Nasser Zefzafi.

HRW a rapporté que Zefzafi avait demandé le 5 juin un examen médical pour documenter la violence policière qu’il avait subie mais sa demande n’a pas été satisfaite, selon Abdelaziz Nouaydi, un des avocats de Zefzafi, cité par l’ONG.

“Cette situation suscite des inquiétudes sur le tribunal ” qui a ” manqué à son devoir d’enquêter sur ces violences policières”, a affirmé Nouaydi.

“Les autorités marocaines devraient enquêter sur les allégations crédibles de violence policière contre Zefzafi et s’abstenir de déposer des accusations” contre “un discours pacifique ou une protestation”, a déclaré Sarah Leah Whitson, directrice de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch.

L’ONG rappelle l’arrestation de Zefazafi intervenue le 29 mai dernier, juste trois jours après qu’il ait interrompu la prêche d’un imam à la mosquée Mohammed V, la principale de la ville d’Al Hoceima.

Nasser Zefzafi et deux autres militants, Fahim Ghattas et Mohamed Haki ont subi des violences policières lors de leur arrestation par une douzaine de policiers de la Brigade de la police judiciaire (BNPJ), alors qu’ils n’ont opposé aucune résistance, a dénoncé l’ONG.

“La police a insulté les trois militants en termes vulgaires, les a sommé de scander vive le roi en les traitant de séparatistes “, selon le compte rendu des avocats, consulté par l’ONG.

Zefzafi a été ensuite transféré à l’hôpital afin de recevoir des soins médicaux. Ses blessures lui ont valu des points de sutures pour une importante coupure à sa tête et une autre sous son oeil gauche. Les autorités lui ont donné des vêtements propres pour se débarrasser de ses habits tachés de sang, a indiqué HRW.

Nouaydi a affirmé à Human Rights Watch qu’il avait mené une entrevue le 12 juin avec le militant arrêté Ghattas et, dont le récit de l’arrestation a corroboré celui livré par Zefzafi à son avocat à la prison Oukacha de Casablanca.

Zefzafi est resté en détention préventive du 29 mai au 5 juin car le code de procédure pénale marocain permet de prolonger la durée de cette détention jusqu’à huit jours dans les cas d’atteinte à la sécurité de l’Etat.

L’ONG a dénoncé les lourdes accusations portées par le procureur du roi contre Zefzafi, dont l’une est passible de peine de mort, alors qu’aucune preuve n’a été apportée sur sa présumé volonté de nuire à la sécurité de l’Etat.

Le gouvernement marocain a refusé de répondre à la demande de Human Rights Watch qui voulait s’enquérir de la situation de Zefzafi.

Outre Zefzafi et Ghattas, de nombreux autres manifestants et militants du Rif ont subi des violences policières lors de leur arrestation, a indiqué Heba Morayef, directrice recherches de la division Afrique du Nord à Amnesty International, cité par HRW.

“Pour lutter contre l’impunité et garantir des procès équitables, les tribunaux de Casablanca et d’Al-Hoceima devraient assurer des examens médicaux rapides aux défendeurs et conserver toutes les preuves physiques pertinentes”, a-t-elle dit.

Aps

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :