AFRIQUEMaliNewspolitiqueRevue de presse

Mali : Le Président Ibrahim Boubacar Keïta annonce sa démission après son arrestation, les militaires promettent des élections.

Le Chef de l'Etat, qui faisait face à une contestation populaire depuis plusieurs mois, a également annoncé la dissolution du gouvernement et de l'Assemblée Nationale. La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest dénonce un coup d'Etat militaire.

Mali : Le Président Ibrahim Boubacar Keïta annonce sa démission après son arrestation, les militaires promettent des élections.

Le Chef de l’Etat, qui faisait face à une contestation populaire depuis plusieurs mois, a également annoncé la dissolution du gouvernement et de l’Assemblée Nationale. La Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest dénonce un coup d’Etat militaire.

« Je voudrais (…) vous dire ma décision de quitter mes fonctions, toutes mes fonctions, à partir de ce moment. » Président du Mali depuis 2013, Ibrahim Boubacar Keïta a annoncé sa démission, dans la nuit du mardi 18 au mercredi 19 août, dans une allocution télévisée. Une décision prise sous la contrainte, après son arrestation mardi par des militaires, qui ont pris le pouvoir dans un coup d’Etat : « Si aujourd’hui, certains éléments de nos forces armées veulent que cela prenne fin via leur intervention, ai-je vraiment le choix ? », a-t-il déclaré. Le chef de l’Etat, surnommé IBK, était visé depuis plusieurs mois par un mouvement de contestation populaire.

Les militaires promettent une transition civile.

Mercredi matin, dans une autre allocution télévisée, ils ont appelé à ce que cette transition conduise à des élections dans un « délai raisonnable », et annoncé la création d’un Comité national pour le salut du peuple.

La communauté internationale condamne. 

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a appelé à la « libération immédiate et sans conditions » du président malien, et son Conseil de sécurité se réunira en urgence mercredi, à la demande du Niger et de la France. Emmanuel Macron a exprimé son soutien à la médiation tentée par les pays voisins. La Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a dénoncé ce qu’elle qualifie de « putsch », et a fermé les frontières de ses autres Etats membres avec le Mali. Les autres organes du pouvoir dissous. 

Ibrahim Boubacar Keïta a précisé que sa démission entraînait également la dissolution du gouvernement et de l’Assemblée nationale. Son Premier ministre, Boubou Cissé, avait également été arrêté mardi.

La conséquence d’un mouvement de colère et d’une mutinerie. 

 Depuis plusieurs mois, une coalition d’opposants politiques, de guides religieux et de membres de la société civile réclame le départ d’IBK, accusé de mauvaise gestion et de réprimer la contestation. Mardi matin, des soldats se sont rebellés dans le camp militaire de Kati, près de Bamako, avant de fraterniser avec les manifestants réunis dans la capitale, et d’y arrêter le président et le Premier ministre, qui ont été conduits dans le camp.

Source : franceinfo 19/08/2020

 

 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voire aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :