AFRIQUEMaliNews

Mali : la MINUSMA veille sur la sécurisation des institutions judiciaires et pénitentiaires à Tombouctou

TOMBOUCTOU- La MINUSMA a initié plusieurs actions de renforcement de la sécurité des institutions judiciaires et pénitentiaires, à travers sa Section des Affaires Judiciaires et Pénitentiaires (SAJP) à Tombouctou, affirmant que ces actions ont pour but de soutenir les efforts du gouvernement malien à rétablir et étendre, effectivement et progressivement, le retour de l’autorité de l’Etat dans la région.

Mali : la MINUSMA veille sur la sécurisation des institutions judiciaires et pénitentiaires à Tombouctou

TOMBOUCTOU- La MINUSMA a initié plusieurs actions de renforcement de la sécurité des institutions judiciaires et pénitentiaires, à travers sa Section des Affaires Judiciaires et Pénitentiaires (SAJP) à Tombouctou, affirmant que ces actions ont pour but de soutenir les efforts du gouvernement malien à rétablir et étendre, effectivement et progressivement, le retour de l’autorité de l’Etat dans la région.

Ces activités sont « le fruit d’une étroite collaboration de la SAJP de Tombouctou avec la Section Stabilisation et Relèvement de la MINUSMA, ainsi qu’avec la Police des Nations Unies (UNPOL) », a indiqué la Mission Onusienne au Mali, mercredi soir dans un communiqué, précisant qu' »ensemble, au cours des deux dernières années, ils ont développé un projet conséquent qui concerne le volet d’appui au renforcement de la sécurité ».

La Mission a expliqué qu' »avec le retour progressif des institutions publiques dans le Nord et le Centre du Mali, les autorités étatiques, et plus particulièrement les magistrats, peuvent constituer des cibles sensibles, non seulement en raison de leur qualité de représentants de l’Etat mais aussi parce qu’ils sont en charge de faire appliquer les lois. »

Le projet en question, d’une valeur de plus de 318 millions de FCFA est entièrement financé par le Fonds fiduciaire des Nations Unies pour la paix et la stabilisation au Mali, et est destiné aux acteurs de la chaîne pénale de Tombouctou.

Il s’agit, selon la même source, d’une plateforme constituée notamment de la justice, de la police, de la gendarmerie et de l’administration pénitentiaire. Ce projet vise à favoriser l’amélioration du fonctionnement de la chaîne pénale par le dialogue et est réparti en trois phases.

La première phase concerne « l’acquisition et l’installation de matériels destinées aux structures de la justice, de la gendarmerie, de la police et de l’administration pénitentiaire ». Il s’agit de plusieurs types d’équipements, et l’installation de caméras de surveillance et de systèmes d’alarme au niveau des tribunaux et domiciles des magistrats à Tombouctou.

Le montant de cette donation visant à renforcer les capacités opérationnelles des composantes de la chaîne pénale s’élève à plus de 183 millions de FCFA.

La deuxième phase coûte plus de 26 millions de FCFA et entre dans le cadre de la sauvegarde et de la restauration des archives du Tribunal de Grande Instance de Tombouctou, a-t-on soutenu.

Quant à la troisième phase, elle mobilise plus de 115 millions de FCFA et concerne la réalisation de forages, l’électrification ainsi que la sécurisation de ces installations, y compris par l’installation de matériel de surveillance, ainsi que l’électrification et l’approvisionnement en eau potable de la maison d’arrêt et de correction de Tombouctou.

« Le projet a permis le renforcement de la sécurité physique des infrastructures et créé un sentiment de sécurité chez les bénéficiaires », s’est félicité la Minusma dans le texte.

En vue d’assurer une sécurité optimale des institutions judiciaires et pénitentiaires, la SAJP « continue à appuyer les acteurs de la chaîne pénale en adoptant une approche beaucoup plus holistique », faisant savoir que des mesures à moyen et à long terme sont en train d’être mises en place pour étendre le projet dans les zones non encore couvertes.

Récemment, le gouvernement malien s’est attelé à la mise en œuvre des points essentiels de l’accord de paix et de réconciliation au Mali, issus du processus d’Alger.

Toutefois, des obstacles qui restent à lever, sont liés notamment aux attaques terroristes dans le pays et à des problèmes logistiques, selon des sources officielles et onusiennes.

Le Comité de suivi de l’accord a constaté « des lenteurs » dans l’application de l’accord « malgré l’accélération du processus de désarmement, de démobilisation, de réintégration et d’intégration », selon le constat dressé par le dernier rapport en date du secrétaire général des Nations unies sur la situation au Mali, adressé au Conseil de sécurité fin Décembre.

Aps

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :