FranceNewspolitiqueRevue de presse

Macron prônait « une réduction massive des effectifs des cabinets » Ministériels en 2017, sauf que…

Le décret de mai 2017 réduisant le nombre de collaborateurs dans les cabinets Ministériels a été modifié pour la cinquième fois depuis l'élection du Président.

Macron prônait « une réduction massive des effectifs des cabinets » Ministériels en 2017, sauf que…

Le décret de mai 2017 réduisant le nombre de collaborateurs dans les cabinets Ministériels a été modifié pour la cinquième fois depuis l’élection du Président.

GOUVERNEMENT – La promesse d’Emmanuel Macron s’est heurtée à la réalité. Le nombre de collaborateurs autorisés pour le gouvernement de Jean Castex a été augmenté, jusqu’à 50% par rapport à 2017 et l’élection du président de la République, selon un décret publié ce dimanche 12 juillet au Journal officiel.

“Le cabinet d’un Ministre ne peut comprendre plus de quinze membres. Le cabinet d’un Ministre délégué ne peut comprendre plus de treize membres. Le cabinet d’un Secrétaire d’État ne peut comprendre plus de huit membres”, indique ce décret signé par le Président de la République.

Les membres du nouveau gouvernement de Jean Castex auront donc plus de collaborateurs que les gouvernements d’Édouard Philippe.

Le décret modifié cinq fois

En 2017, Emmanuel Macron avait pourtant prôné “une réduction massive des effectifs des cabinets” ministériels, dans une interview aux Échos. Dans un entretien accordé à Acteurs publics en avril, le chef de l’État justifiait cette position par le besoin “indispensable que la chaîne de décision entre l’échelon politique et les services soit simplifiée et raccourcie”.

“Je souhaite qu’une relation de confiance s’établisse entre les Ministres et leurs principaux collaborateurs, que sont les directeurs d’administration centrale. Pour cela, il faut que les cabinets cessent de faire écran sur tous les sujets, ce qui est déresponsabilisant et démotivant”, ajoutait-il.

À son arrivée au pouvoir, Emmanuel Macron avait pris des mesures drastiques pour limiter la taille des cabinets Ministériels. Le nombre de conseillers ne pouvait excéder 10 pour un ministre, huit pour un Ministre délégué et cinq pour un Secrétaire d’État.

Mais ces effectifs avaient été augmentés légèrement, notamment en octobre 2019 avec l’autorisation pour chaque cabinet d’un “membre chargé du suivi de l’exécution des réformes”. Comme le souligne un journaliste d’Acteurs publics sur Twitter, le décret portant sur le nombre de collaborateurs des cabinets Ministériels a en fait été modifié cinq fois, si l’on compte le changement rendu public ce dimanche.

″Ça fera du bien”

Pour appliquer la “méthode Castex” de “dialogue” et “concertation”, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a estimé samedi qu’il faudrait “qu’on ait dans les équipes des Ministres des interlocuteurs en mesure de répondre et d’échanger avec l’ensemble des acteurs qui participent à la vie du pays”. “Peut-être c’est quelque chose qui a un peu manqué précédemment d’avoir des personnes identifiées sur ces sujets-là”, a-t-il dit.

La nouvelle semble en tout cas soulager les premiers concernés. Interrogé par Europe 1, un conseiller Ministériel assure que ce changement “fera du bien”. “Il y a tellement de sujets à traiter… Pendant la crise du coronavirus, on a bossé jour et nuit”, témoigne un autre. “C’était nécessaire. Il y a des cabinets en souffrance”, confie un membre de l’Élysée à la radio.

D’après le Journal du dimanche, le nombre de collaborateurs pour un Ministre était limité à quinze sous le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, et à 10 pour un ministre délégué.

La nouvelle équipe gouvernementale compte pour l’instant 16 Ministres, 14 Ministres délégués et un Secrétaire d’État, contre 16 Ministres, trois Ministres délégués et 17 Secrétaires d’État précédemment. Mais des nouveaux Secrétaires d’État doivent être nommés dans les prochains jours.

La rémunération moyenne dans les cabinets Ministériels a légèrement diminué en 2019 par rapport à 2018, passant de 9.318 à 9.160 euros brut soit une baisse de 1,7%, avait analysé l’ancien député socialiste et spécialiste du train de vie de l’État René Dossière.

Source : HuffPost 14/07/2020

 

 

 

 

 

 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :