EuropeFranceNewsRevue de presseSanté

Macron et Merkel présentent un plan de relance européen de 500 milliards d’euros

Si ce plan aboutit, la dette levée sur les marchés financiers sera répartie au sein de l'Union européenne, comme le souhaitait la France.

Macron et Merkel présentent un plan de relance européen de 500 milliards d’euros

Par : Le HuffPost avec AFP

Si ce plan aboutit, la dette levée sur les marchés financiers sera répartie au sein de l’Union européenne, comme le souhaitait la France.

EUROPE – C’est une “première”, selon les mots d’Emmanuel Macron prononcés ce 18 mai lors d’une conférence conjointe -à distance- avec la chancelière allemande Angela Merkel. Après des semaines de discussions, les deux dirigeants ont dévoilé leur stratégie commune pour un plan de relance à 500 milliards d’euros à l’échelle européenne qui viendrait compléter le programme d’urgence de 500 milliards d’euros environ déjà décidé face à la pandémie par les ministres des Finances de la zone euro et constitué de capacités de prêts notamment.

Ce fonds de relance franco-allemand dévoilé ce jour doit ensuite être porté par la Commission européenne, ont prévenu les deux responsables politiques. Avant même la fin de la conférence de presse, Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, s’est “réjouie de la proposition constructive de la France et de l’Allemagne” pour relancer l’économie européenne après le coronavirus par communiqué.

Il faudra ensuite convaincre les autres États membres, ce qui ne s’annonce pas aisé, notamment pour les Pays-Bas ou les pays scandinaves. “Ce plan devra être unanime, toutes les bonnes idées seront les bienvenues pour venir nous enrichir”, a insisté Emmanuel Macron.

Que contient ce plan ?

Il repose sur quatre piliers énoncés par les deux leaders. D’abord la protection sanitaire au niveau européen. Le chef d’État français a rappelé qu’elle ne faisait pas partie des compétences de l’UE, ce qui a été à l’origine de “manques et d’égoïsmes” au début de la crise. La stratégie franco-allemande entend y remédier. “L’Europe de la santé n’a jamais existé elle doit devenir notre priorité”, a lancé le chef de l’État, ce qui pourrait se traduire par une stratégie commune sur les stocks de masques ou de tests.

Le second pilier concerne la souveraineté économique de l’UE.

L’objectif est de “réduire notre dépendance extérieure sur les secteurs stratégiques comme les médicaments”, a détaillé Emmanuel Macron qui propose également de “mieux partager la stratégie commune d’économie industrielle”.

Troisième pilier, la “transition écologique”; alors que le Green Deal européen a été menacé pendant cette crise, Emmanuel Macron assure que ce dernier “ne doit pas être remis en cause” et que la transition doit être “accélérée”, grâce à des “engagements en matière de climat d’environnement et de biodiversité”. Le quatrième pilier concerne la relance budgétaire pour les États membres mis à l’arrêt pendant le confinement.

Comment sera-t-il financé ?

“L’idée est d’aller lever une dette commune sur ces sujets”, a répondu le chef de l’État qui a réussi à convaincre Angela Merkel que ce ne soient pas les pays concernés qui remboursent forcément eux-mêmes. “La cohésion est très importante”, a approuvé la chancelière qui n’était pas convaincue par ce partage au début de la crise.

Cette dette “aura vocation a être remboursée”, a promis Emmanuel Macron sans donner plus de détails. Elle prend la forme de prêts contractés sur les marchés financiers par la Commission européenne au nom de l’Union européenne.

Cet argent sera ensuite reversé en “dépenses budgétaires” aux pays européens soit des formes d’aides directes et non d’emprunt. “Ce ne seront pas des prêts, mais des dotations directes aux pays les plus touchés”, a-t-il précisé. “Les pays bénéficiaires du plan de relance n’auront pas à rembourser les aides”, a insisté Emmanuel Macron, ce qui inclut un élément de solidarité inédit. Les aides de l’UE doivent être accordées sous forme de prêts, et non de subventions, répond aussitôt l’Autriche, prouvant que le chemin n’est pas encore totalement accompli.

À qui s’adresse ce plan ?

Ce plan de relance sera “fléché sur les secteurs et régions les plus impactés”, a déclaré Emmanuel Macron, là encore sans donner de détails. Les financements “seront ciblés sur les difficultés liées à la pandémie et sur ses répercussions”, précise le communiqué commun des deux pays. La chancelière allemande a également déclaré que “ce sont les pays qui ont le plus souffert qui vont le plus profiter de ces ressources”.

Quelles sont les premières réactions politiques ?

Elles sont loin d’être à l’unisson. Jean-Luc Mélenchon a fustigé une “séance humiliante entre Macron et Merkel” où la France aurait “fait le porte-serviette du gouvernement de coalition droite/PS en Allemagne”. Selon le chef de file de la France insoumise, ce plan de relance est “rikiki”. Il souhaitait l’annulation de la dette. Au contraire, pour l’ancien commissaire européen Pierre Moscovici, ce plan va dans le bon sens : “Le chemin de la solidarité financière face à la crise s’ouvre enfin !”.

Source : HuffPost 19/05/2020

 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :