AlgérieFranceNews

Macron en Algérie D’hier à demain 

Macron en Algérie

D’hier à demain    

Par : Abdelkader DJEBBAR

Dans les hautes sphères françaises, on n’hésite pas de qualifier la visite que devra effectuer mercredi le président français, Emmanuel Macron, en Algérie d'”importante”, d’autant qu’elle intervient à la veille de la réunion à Paris du Comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN).

C’est la deuxième visite du président Macron en Algérie en une année après celle qu’il a effectuée en tant que candidat à la présidentielle française au mois de février dernier. À cette première occasion, le president Macron avait qualifié la colonisation de “crime contre l’humanité”.

“C’est une séquence franco-algérienne qui va se dérouler cette semaine”, a-t-on indiqué lundi à l’Elysée mettant en valeur “la profondeur et la densité des relations entre la France et l’Algérie, appelées à se développer davantage”, soulignant que la France “souhaite accompagner l’Algérie dans sa vision stratégique de développement”.

Le président français qui sera accompagné du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, et du ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, ainsi qu’un nombre d’élus, d’artistes,  d’écrivains et de start-uppeurs, “aura à s’exprimer sur la coopération, les questions régionales et la question mémorielle”, a-t-on précisé, affirmant que l’hôte de l’Algérie “veut marquer le soutien à plusieurs projets entre  les deux pays avec une vision renouvelée et partagée de la coopération”.

L’Elysée a indiqué que cette visite “sera suivie ultérieurement par une autre d’État qui nécessite, elle, une préparation sans pour autant avancer de date, du fait de la place importante occupée par l’Algérie”.

L’Algérie “occupe une place importante, une place de passerelle en Méditerranée et en Afrique. C’est un grand pays voisin avec qui nous souhaitons consolider nos relations en raison de sa place singulière”, a-t-on souligné, notant que le président Macron “voulait effectuer cette visite rapidement pour montrer l’importance de ce pays”.

En plus de la dimension économique qui va être abordée lors de cette visite, les dossiers du processus de paix au Mali et la sécurisation de la région du Sahel seront à l’ordre du jour, a-t-on précisé à l’Elysée, soutenant que la coopération entre la France et l’Algérie “doit aller plus loin”.

L’Algérie “possède une expérience dans la lutte contre le terrorisme, notamment en ce qui concerne les filières terroristes, et contre le radicalisme qui intéresse la France”, a-t-on affirmé, relevant “la qualité de partenariat dans ce domaine”.

“Jamais dans l’histoire les liens entre nos deux pays n’ont atteint un tel niveau d’excellence et de densité”, avait alors affirmé le président Bouteflika.

À quelques heures de la visite du président Macron en Algérie et 23 ans après la fermeture pour des raisons sécuritaires du lycée français  à Oran, une école française vient d’ouvrir ses portes dans cette deuxième ville du pays. C’était dimanche dernier en présence du wali d’Oran, de Gregor Trumel, Conseiller de coopération et d’action culturelle à l’ambassade de France en Algérie et directeur de l’Institut français d’Algérie ainsi que Jean Christophe, Consul général de France à Oran et Christophe Bouchard, directeur de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE).

Cette école primaire est une extension du lycée international Alexandre Dumas d’Alger. Elle a ouvert ses portes le 19 septembre dernier, et accueille une cinquantaine d’écoliers répartis à travers cinq classes de différents niveaux du CE1 au CM2.

Oran a vu ces dernières années une communauté française de plus en plus grande s’installer vu le nombre sans cesse croissant d’entreprises qui se sont implantées dans la deuxième ville du pays. Comme Renault et bientôt Peugeot qui assemblera plusieurs de ses modèles dans sa future usine oranaise.

D’ailleurs, un projet d’extension est envisagé : cet établissement est appelé à terme de dispenser des cours d’enseignement primaire, moyen et secondaire. Une autre école française ouvrira ses portes en 2018 à Annaba, selon le représentant de l’AEFE.

A.D

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close
Close