AlgérieEconomieNews

Logement social L’OPGI coule…

33%. C’est le taux maximum recouvrement des loyers des logements sociaux par les offices de promotion et de gestion immobilière. Voilà, en gros, d’où proviennent les difficultés financières rencontrées par les structures en charge de l’habitat social.

Logement social

L’OPGI coule…

Par : Noureddine RAMZI

33%. C’est le taux maximum recouvrement des loyers des logements sociaux par les offices de promotion et de gestion immobilière. Voilà, en gros, d’où proviennent les difficultés financières rencontrées par les structures en charge de l’habitat social.

L’annonce a été faite le plus officiellement du monde par le ministre de l’Habitat. Mais on ne voit pas les solutions concrètes à mettre en application pour enrayer le fléau. Pourtant le prix symbolique oscille à peine entre 1500 Da et 2800 dinars, cette formule étant subventionnée et profitable aux familles à faible revenu.

À une question orale du sénateur Rachid Boushaba sur le manque de guichets de recouvrement relevant des OPGI, le ministre a souligné que la plupart des cités disposaient de guichets et d’Agences chargées de la gestion immobilière de proximité, citant également les caisses relevant des OPGI se trouvant au niveau de la plupart des agglomérations.

Temmar a ajouté que la wilaya d’Alger comptait 72 guichets consacrés au recouvrement des loyers, assurant un service régulier tous les jours de la semaine, à l’exception du vendredi, reconnaissant, toutefois, l’absence de ces guichets dans certaines cités où leur éloignement, le guichet le plus proche se trouvant à 10 Km.
L’ouverture de nouveaux guichets exige des moyens matériels et humains ainsi que des charges supplémentaires, difficiles à couvrir par les Offices, d’autant que leur montant dépasse celui des loyers recouvrés au niveau de ces guichets, a poursuivi le ministre.

Dans un passé pas très lointain, des agents de recouvrement sillonnaient les cités pour encaisser sur place les redevances. Il y avait même des exceptions pour la récupération des redevances, ne serait-ce que partielles pour éviter une accumulation préjudiciable à l’office.

Et tant qu’on y est, pourquoi ne pas permettre le paiement des redevances par chèques et dans le cas où ces derniers s’avèrent sans provisions, appliquer la loi en vigueur. Pourquoi ne pas tenter le paiement par la voie de prélèvements direct sur salaire?

Temmar a fait savoir qu’il sera procédé également à la révision des heures de travail des services chargés du recouvrement des loyers pour permettre aux locataires de s’acquitter de leurs loyers aux heures qui leur conviennent notamment durant les vacances et les après-midi, insistant sur l’intensification des visites périodiques par les services des OPGI au niveau des cités et agglomérations.

Répondant à une question d’un membre du Conseil de la nation sur les mesures prises pour mettre un terme à la passation de marchés et l’attribution de projets relevant de son secteur selon la formule du gré à gré, M. Temmar a précisé qu’il s’agissait là d’une formule exceptionnelle» à laquelle il est possible de recourir dans certains cas notamment urgents, après l’accord préalable du gouvernement.

Tous les futurs projets feront l’objet d’un appel d’offres conformément à  la loi sur les marchés publics, a conclu le ministre.

N.R

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :