EuropeMaghrebNews

Libye: plus de 16.000 migrants ont été rapatriés dans leurs pays d’origine en 2017

Libye: plus de 16.000 migrants ont été rapatriés dans leurs pays d’origine en 2017

BRUXELLES) – L’appui apporté par l’UE à l’Organisation internationale des migrations (OIM) a permis en 2017 d’aider plus de 16.000 personnes bloquées en Libye à retourner dans leur pays d’origine, a indiqué jeudi à Bruxelles la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini qui table sur le rapatriement de 15.000 autres personnes d’ici à février 2018.

“L’opération de retour volontaire humanitaire d’urgence a démarré conformément à l’accord conclu à Abidjan: 3.100 migrants en Libye ont été aidés à rentrer dans leur pays d’origine depuis le 28 novembre à ce jour, portant à 16.561 le nombre de migrants aidés par l’OIM à rentrer chez eux en toute sécurité, contre 2.700 pour l’ensemble de l’année 2016”,

a-t-elle précisé lors d’une conférence de presse conjointe avec la commissaire de l’UA chargée des Affaires sociales Amira El Fadil, l’assisstant du Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies (HCR), Volker Turk et le directeur général de l’OIM, William Lacy Swing.

La haute représentante de l’UE pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité a affirmé, à ce titre, que “tous les participants (à la Task-force) ont confirmé l’engagement commun à fournir une assistance à 15. 000 migrants supplémentaires pour les aider à retourner dans leurs pays d’origine d’ici à Février 2018”.

La création d’une Task Force commune UE/UA/ONU pour accélérer “le travail de protection des migrants et des réfugiés et lutter contre les réseaux criminels”, a été décidée lors du 5ème sommet UA-UE, tenu fin novembre à Abidjan, suite à la diffusion par la chaîne américaine CNN d’images montrant des migrants africains vendus aux enchères en Libye.

Depuis plusieurs mois, les ONG de défense des droits de l’homme n’ont cessé de tirer la sonnette d’alarme sur les conditions “dégradantes et inhumaines” de détention des migrants dans les centres où ils subissent des mauvais traitements.

Mardi, Amnesty international a rendu les gouvernements européens “complices” des “graves violations” dont sont victimes des migrants en Libye par “leur soutien à des autorités qui coopèrent souvent avec des réseaux de trafiquants”.

D’après l’association internationale de défense des droits de l’homme, jusqu’à 20.000 personnes sont actuellement regroupées dans des centres de détention en Libye et sont soumis à des mauvais traitements.

La chef de la diplomatie européenne a rappelé, à l’occasion, que les Etats membres de l’UE se sont engagés à offrir 40.000 places pour relocaliser les migrants éligibles.

La Commission européenne et ses Etats membres ont décidé d’apporter une nouvelle aide d’au moins 100 millions d’euros pour “soutenir le travail de l’OIM et du HCR sur le terrain”, afin de leur permettre de “continuer à intensifier les opérations”.

La Commissaire de l’UA chargée des Affaires sociales a affirmé, de son côté, que l’organisation panafricaine poursuit ses contacts avec les pays d’origine des migrants pour fournir des services consulaires à leurs ressortissants en Libye.

Elle a rappelé, à ce titre, que le président de l’UA a appelé les autorités libyennes à accélérer l’octroi des autorisations d’atterrissage et les pays voisins à accorder des permis de survol pour accélérer le rapatriement des migrants.

Le directeur général de l’OIM a plaidé, pour sa part, pour l’amélioration des programmes de “réintégration” des  migrants, soulignant la nécessité de trouver des solutions au phénomène du trafic des êtres humains et de mettre fin aux centres de détention des migrants.

Aps

 

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close
Close