NewsSport

L’Espagne renvoyée à la maison !

L’Espagne renvoyée à la maison !

Énorme sensation dans cet Euro 2016. La sélection italienne, impressionnante dans tous les secteurs de jeu, a sorti le double tenant du titre espagnol (2-0), lundi au Stade de France. Les Azzurri défieront l’Allemagne en quarts.

Oui, l’Euro 2016 n’avait pas réservé beaucoup de spectacle lors de son premier tour. Mais on s’en soucie guère aujourd’hui tant un tremblement de terre a frappé la compétition, ce lundi après-midi, à Saint-Denis. L’Espagne est éliminée dès les huitièmes de finale ! Double tenante du titre et grande favorite avec l’Allemagne, la Furia Roja a été éjectée par les Italiens, qui se chargeront eux-mêmes de défier les champions du monde 2014 en quarts. Ce qui est encore plus surprenant, c’est que leur qualification (2-0) ne souffre d’aucune contestation. L’ouverture du score de Chiellini (33e) a récompensé la très belle première période italienne et le 2e but en fin de match, par Pellè (91e), a parachevé une démonstration.

Vraiment, les 45 premières minutes des Azzurri furent une leçon de football, tant tactiquement que dans l’engagement. On sait que cette sélection d’Antonio Conte est impériale défensivement avec son arrière-garde turinoise, mais on l’a de nouveau vue follement intelligente, comme face aux Belges (2-0, 1ère journée). On ne sait pas si la pluie battante a facilité son jeu incisif, mais toutes les sorties de balle faisaient mal au bloc adverse, grâce à la disponibilité des latéraux Florenzi et De Sciglio et surtout au jeu en pivot exceptionnel de Pellè. De Gea en sauveur, Buffon aussi

S’il relâche justement un coup franc puissant pour permettre à Chiellini d’ouvrir le score (33e), De Gea a sauvé son équipe à plusieurs reprises, d’une parade magnifique sur une tête de Pellè (9e), en déviant un retourné de Giaccherini sur son poteau gauche (11e) ou en s’envolant sur une frappe enroulée de l’ailier de Bologne (44e). Sur d’autres centres, les Italiens auraient pu trouver la faille, par Parolo (25e) ou Sergio Ramos contre son camp (30e). Mieux, le 2-0 était tout proche en début de seconde période, lors d’un face-à-face perdu par Eder devant De Gea (55e).

Les champions du monde 2010 ont certes repris du poil de la bête au retour des vestiaires, avec davantage d’habilité technique dans les 35 derniers mètres italiens. Mais ce fut largement insuffisant. Buffon n’a pas eu besoin d’être exceptionnel, il a fait du Buffon en se montrant décisif, d’abord à la 50e devant Morata, puis en fin de match. Les tentatives lointaines d’Iniesta (76e) et Piqué (77e) étaient repoussées et le défenseur catalan avait la dernière opportunité, seul devant le but, mais tombait sur le vétéran adverse (90e). L’Espagne n’aurait de toute manière pas mérité d’arracher une prolongation.

Source : Football

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :