AlgérieMaghrebNews

L’Algérie et la crise Libyenne

Alger : « Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune a reçu, lundi, le Président du Conseil Présidentiel du Gouvernement d'Union Nationale (GNA) Libyen, M. Fayez El-Serraj", a indiqué un communiqué de la Présidence de la République, ajoutant que "la rencontre s'est tenue en tête à tête puis a été élargie aux délégations des deux pays".

L’Algérie et la crise Libyenne

Montréal par : Abdelkader DJEBBAR

Alger : « Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune a reçu, lundi, le Président du Conseil Présidentiel du Gouvernement d’Union Nationale (GNA) Libyen, M. Fayez El-Serraj », a indiqué un communiqué de la Présidence de la République, ajoutant que « la rencontre s’est tenue en tête à tête puis a été élargie aux délégations des deux pays ».

Tenue dans une conjoncture sensible, suite à l’aggravation de la situation sécuritaire en Libye, la rencontre a permis aux « deux Présidents d’échanger les vues sur les outils et moyens idoines pour l’accélération du rétablissement de la paix, de la sécurité et de la stabilité dans ce pays frère ».

Ces entretiens ont été l’occasion pour le Président de la République de rappeler « la position constante de l’Algérie vis-à-vis de la crise Libyenne, une position qui repose essentiellement sur le principe de non-ingérence dans les affaires internes des Etats ».

L’Algérie au respect des principes du droit international ».

Le chef de l’Etat a réitéré son attachement « à préserver la région de toute ingérence étrangère, compte tenu des menaces qui pèsent sur les intérêts des peuples de la région, sur l’unité de leurs Etats et sur la sécurité et la paix dans la région et dans le monde ».

« L’Algérie appelle la communauté internationale, particulièrement le Conseil de Sécurité à assumer ses responsabilités afin d’imposer le respect de la paix et de la sécurité en Libye et exhorte les belligérants à mettre fin à l’escalade », a-t-il dit.

« L’Algérie appelle la Communauté internationale à assumer ses responsabilités pour imposer un cessez-le-feu immédiat et mettre un terme à cette escalade militaire qui fait, chaque jour, davantage de victimes… Ainsi, l’Algérie dénonce avec force les actes de violence dont le récent massacre ayant fait près de 30 étudiants à l’Ecole militaire de Tripoli, un acte criminel, voire un crime de guerre. Partant, l’Algérie considère la capitale libyenne Tripoli comme une ligne rouge à ne pas franchir ».

Pour sa part, M. Fayez El-Serraj a adressé ses remerciements à l’Algérie pour ses positions fraternelles constantes vis-à-vis de la crise Libyenne, réitérant sa pleine confiance dans les efforts qu’elle déploie en vue d’atténuer l’escalade, en soutenant la solution politique.

A.D

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :