Les entreprises ne laissent plus personne sortir par la porte.

Vingt entreprises ont plus de vingt mille postes vacants. Nu.nl a interrogé ces entreprises sur le nombre d’employés qu’elles ont, avaient et souhaiteraient avoir. Certaines entreprises sont en pleine réorganisation, d’autres connaissent une croissance si rapide qu’il est impossible de recruter. Une chose qu’ils ont en commun : dans la mesure du possible, ils ne laissent personne passer la porte.

ING, NS, Achmea, KPN et PostNL sont des exemples d’entreprises en cours de réorganisation, de processus de changement, de transformation ou autre, mais qui ont également des centaines, voire des milliers de postes vacants.

« La quantité de courrier diminue chaque année alors que celle des colis augmente », explique Dagna Hoogkamer de PostNL. « C’est pourquoi nous adaptons au mieux l’organisation à ces volumes ». Cela signifie que dans certains endroits, les employés ne sont plus nécessaires, et dans d’autres, ils le sont. « Si une personne n’est plus nécessaire à un endroit, nous aimerions quand même la garder à un autre endroit. Nous faisons tout notre possible pour ne laisser personne sortir par la porte. »

Les vingt autres entreprises indiquent également que, dans l’ensemble, aucun emploi ne disparaîtra et que les licenciements forcés sont hors de question.

Une entreprise jeune et en pleine croissance comme ASML doit maintenant faire face au départ à la retraite de ses employés pour la première fois. « C’est assez nouveau pour nous », déclare Monique Mols, du fabricant de machines à puce. « En plus de cela, bien sûr, nous devons également faire face à un marché du travail tendu ».

« L’idéal serait de mettre aux bébés un body sur lequel serait déjà inscrit ‘J’aime la technologie' ».

Monique Mols, ASML

ASML se trouve dans le coin technique et est confronté à l’étanchéité depuis bien plus longtemps. « Si vous découvrez maintenant que vous devez investir dans de nouvelles personnes, il est trop tard », dit-elle. Les stages sont une « arme » très importante dans la bataille pour les employés d’ASML.

Lire aussi:  Nous avons moins confiance dans l'économie que jamais auparavant.

« Les stagiaires, nous en avons quelques centaines qui se promènent chaque année. Beaucoup d’entre eux restent dans le coin. » Ils autorisent également de plus en plus les étudiants du MBO à suivre des programmes d’apprentissage dans le cadre de la formation professionnelle. salle blanche travail, où les machines à puce sont assemblées.

« La pratique se développe très bien et on espère aussi qu’ils resteront », dit Mols. « Vous voulez être là le plus tôt possible. L’idéal serait de mettre aux bébés un body avec déjà ‘I love technique’ dessus, et surtout aux filles. »

Lire aussi:  Grèves dans les chemins de fer britanniques en raison d'un mécontentement majeur concernant les salaires

Chez Kruidvat, vous pouvez postuler et travailler avec votre meilleur ami.

La société mère des pharmacies Kruidvat et Trekpleister et de la parfumerie ICI Paris a également des milliers de postes vacants. « C’est principalement parce qu’il s’agit d’emplois secondaires pour les personnes qui travaillent pour nous », explique José Mes, de AS Watson. « Et ils changent souvent d’emploi. Surtout dans les grandes villes, c’est un défi. »

Pour relever ce défi, l’entreprise a déjà rendu possible la candidature via WhatsApp, les contrats ne dépassent pas une feuille A4 et les employés reçoivent une prime s’ils introduisent un nouveau collègue.

« Depuis peu, nous avons également introduit la candidature en binôme dans la bataille », explique M. Mes. « Vous pouvez alors demander à travailler ensemble avec votre meilleur ami. Le premier duo vient d’être embauché. »

Jumbo a le plus grand nombre de postes vacants en suspens, suivi de AS Watson, PostNL, Facilicom, Rabobank et Action.

Related articles

Share article

Derniers articles