AlgérieEconomieNews

Les coulisses de l’argent

Les coulisses de l’argent

Par : Abdelkader DJEBBAR

L’Algérie semble être un peu trop dans une grande gêne monétaire. Et ce qui était à craindre il y a quelques temps se concrétise de plus en plus dans le monde de la finance. Ni les banquiers ni les clients ne sont sortis de l’auberge. Cela se vérifie à longueur de journée aussi bien devant les guichets de la CNEP que de ceux des banques.

Prenons le cas de la CNEP qu’elle soit posté ou épargne. Première difficulté et première contrainte. À l’intérieur de 24 heures, il est matériellement et concrètement impossible à un épargnant de retirer plus de 200.000 dinars de son propre compte, un compte qu’il a lui-même alimenté avec son propre épargne à la sueur de son front. Sans que l’institution ne lui demande de justifier la provenance. Pourtant c’est un compte ouvert et actif depuis 1963.

Autre cas de contrainte. Si l’épargnant a un besoin immédiat d’un montant supérieur à 200.000 dinars, il faut faire une demande écrite qui ne sera honorée qu’après 48 heures. Bizarre que l’épargnant ne puisse pas profiter de son argent à sa guise quand il veut et quand il decide pour une raison ou une autre.

Du côté des banques, il en est tout autrement. On peut ramener une « ch’kara » d’argent à déposer et personne ne demande rien à personne. Quant au retrait, on vous fait courir de guichet en guichet, en fonction du montant, en fonction de la file au comptoir et aucun outil de libre service ne vous permet de déposer votre argent dans un distributeur automatique. Honnêtement et sérieusement, il y a lieu de se poser de nombreuses et serieures questions sur le pourquoi, le comment et la finalité de ce « contrôle » qui ne sert qu’a faire perdre du temps à tout le monde. Et dire que dans les milieux financiers on pense à des obligations d’acquittement selon le système « epayment » déjà rodé à travers de nombreux pays dans le monde.

Autre source de souci. Cette fois-ci du côté du CCP. Le titulaire en personne peut retirer tout ce qu’il veut. Par contre, s’il remet un chèque à une tierce personne, le montant ne peut excéder 5.000 dinars. À bon entendeur salut…

A.D

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer