Etats-UnisNewsSanté

Les “cellules zombies” coupables du vieillissement et de l’anxiété

WASHINGTON - La neutralisation des cellules qui ne fonctionnent plus et qui ont été baptisées par les scientifiques "cellules zombies" pourrait ralentir le vieillissement et réduire l’anxiété, selon des chercheurs Américains.

Les “cellules zombies” coupables du vieillissement et de l’anxiété

WASHINGTON – La neutralisation des cellules qui ne fonctionnent plus et qui ont été baptisées par les scientifiques “cellules zombies” pourrait ralentir le vieillissement et réduire l’anxiété, selon des chercheurs Américains.

Des scientifiques Américains de la Mayo Clinic ont établi “un lien entre l’obésité, le vieillissement et l’anxiété” et ont publié les résultats de leurs recherches sur le site Science Daily. D’après ces chercheurs, “le vieillissement est accéléré par l’obésité, de plus l’anxiété augmente à cause du vieillissement”. Ils sont arrivés à ces conclusions à la suite d’expériences menées sur des souris.

Ils ont constaté que “les rongeurs qui avaient plus de cellules adipeuses dans leur cerveau, qui contrôle l’anxiété, avaient également plus de vieilles cellules”. Ces dernières ont été baptisées “cellules zombies”, car elles vieillissent mais ne meurent pas, et ne fonctionnent plus comme des cellules normales.

Les scientifiques se sont débarrassés desdites cellules à l’aide de médicaments sénolytiques et ont observé une diminution de l’angoisse chez les souris. Par contre, selon les chercheurs, ces médicaments ne sont pas encore prêts à être utilisés car ils prévoient d’autres études afin de les tester.

“Nous ne voulons pas que les humains prennent des médicaments qui n’ont pas encore passé tous les tests. Actuellement, ils sont destinés seulement aux personnes avec des maladies graves qui ont donné leur approbation pour faire partie des expériences”, a fait savoir le scientifique James Kirkland.

Les scientifiques affirment qu’une neutralisation de ces “cellules zombies” serait capable de ralentir le vieillissement. James Kirkland explique qu’il faut habituellement environ 17 ans entre la découverte d’un nouveau médicament et un essai clinique.

Cependant, son équipe a été en mesure de prouver l’efficacité de médicaments au cours d’essais sur trois ans, ce qui devrait permettre d’accélérer la production industrielle de médicaments sénolytiques qui tuent les “cellules zombies”. La destruction des cellules inactives aidera à ralentir la progression des troubles liés à l’âge.

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :