Les bébés siamoises Lilia et Julia : «  On fait tout pour leur venir en aide »

Les bébés siamoises Lilia et Julia
«  On fait tout pour leur venir en aide »

Par Fayçal Charif

Quand Lilia et Julia viennent au monde le 16 janvier dernier, les larmes de la maman ne s’arrêtaient pas et la détresse du père était immense. Les deux petites filles algériennes, originaires de Chelghoum Laid, wilaya de Mila, présentaient une malformation particulière et rare. Elles sont jumelles Siamoises omphalo-ischiopages. En termes simples, elles sont nées collées corps contre corps.

Après l’appel de détresse du père, demandant de l’aide pour qu’il puisse faire opérer « et séparer » les deux bébés, des personnes, se présentant responsables d’une association, se sont rapprochées de lui, pour lui proposer « de l’aide ». Il accepte soulagé et avec l’espoir de sauver ses deux petites filles. Mais on lui demande une somme faramineuse, loin de l’esprit de solidarité et en plus, on lui propose l’Italie pour réaliser l’opération et surtout sans suivi médical après l’intervention.

Dans la tourmente et l’incompréhension, le père écoute les conseils de quelques connaissances qui lui demandent de de refuser « l’offre », parce que ça sent « l’arnaque ». Le dossier de ses petites filles est pris en main dans l’urgence en France par trois personnes connaisseurs de ce genre de dossier.

Il s’agit du Docteur Mohammed Korghlou, qui a déjà une grande expérience dans la gestion de ce type de dossiers, du Docteur Eric Nectoux, Chirurgien Pédiatrie, à l’Hôpital CHU de Lille,  spécialiste de ce genre d’intervention délicate et de Kerrar Neserdine, président de l’association « Clé de l’Espoir, » qui a traité à travers son association des dossiers encore plus complexes.

C’est à la demande du Docteur Korghlou, que le dossier de Lilia et Julia a été étudié. Sur recommandation du Docteur Nectoux, en réunion de concertation pluridisciplinaire à Lille, le Docteur Nectoux transmet « …il apparait que la prise en charge peut tout à fait se faire dans notre hôpital.  Nous sommes donc prêts à accueillir ces enfants ».

Médicalement, le dossier est défendu et porté par Docteur Nectoux. Ce Maître de conférence de l’université et Praticien Hospitalier dans le département de Chirurgie Orthopédie de l’Enfant du CHRU de Lille à l’hôpital Jeanne de Flandre a associé le Professeur Rémi Besson, Professeur de Chirurgie pédiatrique au CHU de Lille.

« L’objectif pour nous  est double, explique le Docteur Nectoux, à la fois obtenir  une séparation dans de bonnes conditions de ces deux jumelles et ensuite leur proposer un suivi à distance qui soit adéquat et qui puisse permettre leur retour dans leur pays d’origine afin d’éviter toute  séparation malheureuse comme il  est parfois d’usage lorsque les enfants arrivent en France par le biais d’associations non médicale qui proposent des devis sans penser au bien-être de l’enfant ».

Le Docteur poursuit : « Il  serait bien  évidemment souhaitable que ces enfants puissent bénéficier d’une prise en charge de la CNAS afin de faciliter toute démarche médicale visant à améliorer et à maintenir leur état de santé plutôt que de passer par des appels aux dons réguliers dont la moralité n’est pas toujours exempt de tout soupçon et ce au détriment de l’intérêt des enfants algériens ayant l’habitude de traiter avec des médecins dont le métier est le rapatriement sanitaire dans  de bonnes conditions ». Et de conclure : « Nous faisons bien évidemment toute confiance au Docteur Mohammed Korghlou pour superviser les transferts le cas échéant ».

C’est à ce stade que l’intervention du Docteur Korghlou est nécessaire et importante, lui qui a l’habitude de traiter ce genre de dossier. « Nous avons pris en main ce dossier médical par humanisme et par attachement à notre pays et pour aider notre compatriote, le père de Lilia et Julia. Mais notre mission dans ce genre de dossier est universelle, nous avons déjà pris en charge et de manière très efficace des enfants malades des pays d’Afrique » explique le Docteur Korghlou. « Nous sommes là pour aider, et on fait tout pour venir en aide à ces deux petites siamoises algériennes ».

Ce Docteur algérien résident en France se démène et fait son possible pour faire venir les deux fillettes en France, précisément à l’hôpital de Lille, pour les soigner et sauver leur vie. « Nous partons en Algérie dans les prochains jours pour finaliser le transfert du dossier. Nous allons nous entretenir avec le père et le mettre en confiance. Et nous avons des rendez-vous prévus avec les instances officielles de la santé, qui ont répondu à notre appel et ont été très sensibles à notre démarche. Tout cela va se faire avec l’immense apport du Docteur Nectoux, l’implication utile de Monsieur Chouaky Mohamed, qui a pris attache avec des politiques en Algérie pour faire avancer au plus vite le dossier. Sans oublier le grand et nécéssaire travail de l’association « Clé de l’Espoir » et de son équipe, que préside notre ami Kerrar Neserdine ».

Une chaîne de solidarité et d’humanisme qui se lie à cette association, connue surtout pour son efficacité et son répondant. Dans la pure tradition humaine et dans la tradition de l’entraide à l’Algérienne, elle permet d’étaler la lumière de la vie et de l’espoir pour des enfants malades qu’on fait venir d’Algérie et du monde entier. Une association dirigée dans l’humilité par un Algérien, Kerrar Neserdine qui a lui aussi pris le dossier des jumelles en main et à coeur. « Nous avons l’habitude dans notre association de ce genre de dossier médical. Nous avons été sollicités et nous avons accouru vers les deux fillettes pour leur préparer une prise en charge médical totale. Nos contacts à Alger avec les professeurs, médecins et responsables de la santé sont fructueux. Le dossier avance bien. Nous seront à Alger bientôt pour les modalités du transfert et dans ces cas de figures, l’ambassade de France est à l’écoute et très réactif ».

Concernant la délicate intervention, le Docteur Nectoux, explique : « L’intervention consisterait dans un premier temps en une évaluation complète sous anesthésie générale complétée par une éventuelle mise en place d’expandeur cutané pour gagner de la surface cutanée par les soins de notre service de Chirurgie Plastique. Ensuite dans un délai de 6 à 8 semaines, la séparation pourrait être réalisée ainsi que l’ablation des expandeurs et à la faveur du gain de peau nous pourrions envisager une couverture cutanée des sites opératoires dans de bonnes conditions ».

L’hospitalisation prévisible est de 4 semaines en postopératoire, « Ensuite, nous  organiserons le suivi postopératoire par nos soins pour la période postopératoire initiale, puis en Algérie à  l’établissement hospitalier de santé de Sidi-Mabrouk à Constantine où nos praticiens ont des  contacts réguliers avec leurs confrères algériens ».

Bien évidemment, il sera toujours possible que les enfants puissent revenir pour la suite de la prise en charge (remise en continuité de différentes stomie, gestes complémentaires et évaluation post-chirurgicale à des délais détaillés) compte tenu de la lourdeur de la prise en charge et du caractère extrêmement exceptionnel de leur pathologie.

L’émouvante histoire Lilia et Julia a donné lieu à une chaîne de solidarité exceptionnelle à Lille. Une chaîne de solidarité qui a barré la route à ceux qui font du commerce au détriment d’enfants malade. Loin des charlatans de la médecine et loin des arnaques, voici un bel exemple, où les professionnels prennent en main des dossiers aussi complexes. Et la suite ne peut être qu’une réussite, c’est à dire voir les deux siamoises jumelles « séparées », leur sauver la vie et les voir demain jouer ensemble.

Une pensée sur “Les bébés siamoises Lilia et Julia : «  On fait tout pour leur venir en aide »

  • 7 avril 2018 à 0 h 53 min
    Permalink

    Salam wtb
    je souhaite éclairer les lecteurs
    Nous avons déjà séparé le mois de decembre 2017 des bébés siamoises algériens en italie qui sont a notre charge total jusqu’à ce jour.
    Pourquoi refuser la france car Les sommes demandés par les francais étais trop cher et le temps de prise en charge pas assez souple car sil ya complication il faut payer encore.
    Je ne comprend pourquoi certain utilisent les medias pour mettre la pression sur les pauvres parents et pour quelle raison.
    Nous on a pas d’intérêt C’est pour Allah c’est tout.
    Les parents ont choisis donc l’hôpital italien par son expérience et pour plus de rahma et pour une durée supérieur par raport a l’hôpital francais et moins de casse tête voici l’article preuve de mes dire.
    http://www.ansa.it/canale_saluteebenessere/notizie/medicina/2017/11/09/a-roma-separate-gemelle-siamesi-algerine-stanno-bene_e81be4fd-6ec2-48c1-a96b-ef80b4e564c9.html
    Je vous laisse le numéro du père des anciennes siamoises Mr Athmane 00393914324609 il peut vous raconter ce qu’on a fait pour lui hamdo allah.
    je suis marocain et j’aime l’Algérie et mes freres algériens.
    Je lance un défi a la personne qui vous a raconté cette fable de s’occuper des 2 autres enfants
    de 9 ans a chalhoum el aid siamoise au niveau de la tête. Contactez moi au 0033652114694 pour vous mettre en contact avec leur père.
    Wa salam
    123 viva algerie et ma famille a belabess

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *