Analyse

L’énorme et ridicule propos de Abdelhak Khiam

L’énorme et ridicule propos de Abdelhak Khiam

Par: Kharoubi Habib

L’article paru mardi dans le quotidien français Le Monde consacré à la situation sécuritaire en Algérie a fait état que dans le pays l’organisation terroriste « Al Qaïda au Maghreb islamique » (Aqmi) est en pleine débandade consécutivement aux coups qui lui sont assénés par l’armée. Son contenu qui rapporte une réalité attestée par les milieux au fait des questions liées à la lutte antiterroriste a incontestablement provoqué une crise d’urticaire purulente chez le Makhzen.

Pour en contrer l’effet dévastateur sur sa propagande anti-algérienne, il a fait donner aussitôt médiatiquement le patron de l’antiterrorisme qui s’est essayé lamentablement de contredire la présentation par le quotidien de la situation sécuritaire en Algérie. En guise de réfutation de ce qu’a avancé Le Monde, il n’a pas trouvé mieux en effet que proférer l’énorme et ridicule allégation qu’en Algérie Al Qaïda loin d’être en débandade contrôlerait en fait le Sud algérien. Ce sinistre personnage a probablement pensé que sa qualité de patron de l’antiterrorisme donnerait du crédit à tout ce qu’il éructe sur l’Algérie dans ce domaine et contribuerait à faire douter du constat dressé par le quotidien français. Pourtant en alléguant qu’Aqmi contrôle le Sud algérien, il s’est lui-même contredit puisqu’il y a quelques mois il affirmait que les groupes terroristes opérant au Sahara et dans la région du Sahel sont soit des créations de l’Algérie, soit manipulés par elle.

Il y a dans la réaction du Makhzen à l’article du journal Le Monde l’affolement que la presse et les médias français n’en viennent à emboîter le pas à celui-ci et à faire une présentation de la situation sécuritaire au Maghreb qui n’emprunte pas à sa propagande ses vaticinations anti-algériennes. Que le Maroc s’en tienne à faire de l’Algérie la cause des ratés qui se constatent dans la lutte antiterroriste qui est menée dans la région sahélo-saharienne, c’est somme toute de bonne guerre d’autant que c’est la seule accusation qu’il peut porter contre elle pour avoir été dénoncé par ses autorités d’être le pourvoyeur en drogue des groupes terroristes et d’en être par conséquent le financer.

L’absence supposée de coopération de l’Algérie avec le Maroc que déplore hypocritement le responsable de l’antiterrorisme marocain vise à dédouaner le royaume de la dite accusation. En essayant de s’inscrire en faux contre les succès indubitables qu’enregistre l’armée algérienne dans la lutte qu’elle mène contre les groupes terroristes, Abdelhak Khiam a tenté vainement de dissuader les milieux internationaux en charge des stratégies de lutte antiterroriste de plus en plus convaincus de l’efficacité de celle mise en œuvre par elle. Ce pourquoi, ils en viennent à considérer que l’Algérie est le vrai leader régional en la matière. Ce rôle dévolu à l’Algérie dévalue manifestement la place et le rôle que le Maroc prétend jouer dans la région sur l’échiquier sécuritaire.

Abdelhak Khiam qui fait sien le précepte attribué à Goebbels a dépassé les limites dans son application et, ce faisant, a raté l’objectif qu’il a visé : à savoir décrédibiliser la victoire que l’Algérie est en train de remporter contre le terrorisme.
KH.H

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :