AlgérieEconomieL’Edito de Mr CHOUAKI MohammedNews

L’Edito – Chute des prix du pétrole : L’Algérie maîtrise la situation

La crise financière engendrée par la chute des prix du pétrole, à la suite de la propagation de la pandémie de coronavirus à travers le monde, demeure "maîtrisée" par l'Algérie, a assuré mardi le Ministre conseiller de la communication, porte-parole officiel de la Présidence de la République, Mohand Oussaid Belaid.

L’Edito – Chute des prix du pétrole : L’Algérie maîtrise la situation

Lille par : Mohammed CHOUAKI

La crise financière engendrée par la chute des prix du pétrole, à la suite de la propagation de la pandémie de coronavirus à travers le monde, demeure « maîtrisée » par l’Algérie, a assuré mardi le Ministre conseiller de la communication, porte-parole officiel de la Présidence de la République, Mohand Oussaid Belaid.

« Les mesures nécessaires pour faire face à la chute des prix du pétrole ont été prises lors du Conseil des Ministres tenu il y a deux mois environ sous la présidence du Président de la République. Nous avons prévu cette crise et nous avons pris nos précautions », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse tenue au siège de la Présidence.

« Le Porte-parole de la Présidence a notamment cité, parmi les mesures engagées pour faire face à la crise pétrolière et financière, la réduction escomptée de 30% des importations et la baisse des montants alloués aux études et services fournis par des bureaux étrangers.

Le Conseil des Ministres tenu le mois de mars sous la Présidence du Président Abdelmadjid TEBBOUNE a décidé d’une série de mesures urgentes dont la réduction du montant de la facture d’importation de 41 à 31 milliards de dollars, et des dépenses du budget de fonctionnement de 30% sans pour autant toucher les charges et salaires.

Le Président TEBBOUNE avait alors donné une instruction à l’effet d’arrêter la conclusion des contrats d’études et de services avec les bureaux étrangers, ce qui épargnera à l’Algérie près de sept (7) milliards USD/an, outre le report du lancement des projets inscrits ou en cours d’inscription, dont la réalisation n’a pas encore été entamée, à l’exception des projets prévus pour les zones d’ombre, ainsi que le projet relatif à l’étude pour la réalisation d’un hôpital anti-cancer à Djelfa.

Il a été question également du maintien des dépenses relatives au secteur de la santé, avec le renforcement des moyens de lutte contre la propagation de l’épidémie de coronavirus et les maladies épidémiques en général, et le maintien du niveau de dépenses liées au secteur de l’éducation.

L’accélération de l’intégration financière, en facilitant l’octroi des crédits en se focalisant sur la numérisation et les produits innovants, la promotion des produits financés à travers les dispositifs de la finance islamique ainsi que le renforcement du recouvrement des impôts et taxes et des crédits octroyés par les banques publiques ont été, en outre, décidés lors du même Conseil.

A la question de savoir si l’Algérie comptait recourir à l’endettement extérieur pour faire face à la crise financière résultant de la crise pétrolière, le Ministre conseiller a affirmé que cette option demeure « écartée ».

« Puisque le Président de la République a écarté le recours à l’endettement extérieur, la position de la République Algérienne (par rapport à cette question) reste la même », a-t-il dit.

M.CH

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :