L’Edito de Mr CHOUAKI Mohammed

L’Edito : Bouteflika de plus en plus isolé

Selon certains milieux, le Président Bouteflika « ne se rappelle même pas son nom. Il ne savait pas et ne sait pas encore qu’il a été candidat potentiel à un cinquième mandat. Il n’est plus conscient ni sur pieds pour démissionner, car il ne se rappelle même pas qu’il est Président ». Simple question alors : « pourquoi lui demander de démissionner alors que la Constitution en son article 102 est on ne peut plus claire. Pourquoi le Conseil Constitutionnel n’applique-t-il pas les lois de la Constitution pour passer aux étapes suivantes » afin de libérer le pays. Un pays embrigadé par les uns et les autres, laissant le Peuple se débattre, contester et protester.

L’Edito

Bouteflika de plus en plus isolé

Lille par : Mohammed CHOUAKI

Selon certains milieux, le Président Bouteflika « ne se rappelle même pas son nom. Il ne savait pas et ne sait pas encore qu’il a été candidat potentiel à un cinquième mandat. Il n’est plus conscient ni sur pieds pour démissionner, car il ne se rappelle même pas qu’il est Président ». Simple question alors : « pourquoi lui demander de démissionner alors que la Constitution en son article 102 est on ne peut plus claire.

Pourquoi le Conseil Constitutionnel n’applique-t-il pas les lois de la Constitution pour passer aux étapes suivantes » afin de libérer le pays. Un pays embrigadé par les uns et les autres, laissant le Peuple se débattre, contester et protester.

Il a fallu que l’Armée évoque et mette en avant l’article 102 de la Constitution pour qu’un branle-bas de combat semble secouer les hautes sphères poussées par les revendications du Peuple.

Le Parti RND, principal allié du Président Algérien, a réclamé, lui aussi, dans un communiqué rendu public mercredi 27 mars, la démission de Bouteflika. Cette annonce, faite par l’ancien Premier Ministre Ahmed Ouyahia, intervient au lendemain de la déclaration du chef d’état-major de l’armée, qui a demandé au Conseil Constitutionnel de déclarer Bouteflika inapte pour la fonction.

Mardi, le chef d’Etat-major de l’armée Algérienne, Ahmed Gaïd Salah, a prôné le lancement de la procédure prévue par l’article 102 de la Constitution, applicable quand le Président de la République “pour cause de maladie grave et durable, se trouve dans l’impossibilité totale d’exercer ses fonctions” ou en cas de démission.

La décision qui doit être votée par le Parlement. Ce sont les deux Chambres du Parlement qui, sur proposition du Conseil Constitutionnel, votent à la majorité des deux tiers “l’état d’empêchement”. Si “l’empêchement” se poursuit au-delà de 45 jours, le pouvoir est déclaré vacant. L’intérim se poursuit alors pendant 90 jours maximum, durant lesquels une Présidentielle est organisée.

Et en bout de ligne, qui s’oppose à l’application de l’article 102 qui renferme la solution de sortie de la crise politique que traverse le pays et qui détaille en ne peut plus clairement les procédures suivant l’établissement de l’empêchement qui rend impossible l’exercice par le Président de la République de ses missions.

Dans ce contexte, le Parlement siégeant en chambres réunies déclare l’état d’empêchement du Président de la République, à la majorité des deux tiers (2/3) de ses membres et charge de l’intérim du Chef de l’Etat, pour une période maximale de quarante cinq (45 jours), le Président du Conseil de la Nation. En cas de continuation de l’empêchement à l’expiration du délai de quarante cinq (45) jours, il est procédé à une déclaration de vacance par démission de plein droit.

En cas de démission ou de décès du Président de la République, le Conseil Constitutionnel se réunit de plein droit et constate la vacance définitive de la Présidence de la République.

Et pour boucler la boucle, c’est le bureau politique du Parti des travailleurs qui  a décidé, mardi, à l’issue de sa session ordinaire, «la démission du groupe parlementaire du Parti de l’APN».

C’est qu’annonce le PT dans un communiqué rendu public ce mercredi. C’est à se demander donc ce que devient l’Assemblée nationale qui a connu, il faut le rappeler, d’autres démissions.

M.CH

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voire aussi

Fermer
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :