L’Edito de Mr CHOUAKI MohammedNews

L’Edito 1er mai en Algérie

« L’UGTA est le bien des travailleurs » … Meilleurs souhait et vœux que cette maxime, il ne saurait y avoir malgré les sentiers sinueux que fomentent certains se prétendant être les dignitaires du régime déchu début du mois d’avril. Plus que cela encore. Le 1er mai cette année est exceptionnel. La célébration de la journée internationale des travailleurs est marquée, par un Hirak populaire fusionnant l'ensemble des catégories des travailleurs, à l'instar de toutes les franges de la société, pour l'édification d'une Algérie nouvelle, où sera respectée la volonté du peuple souverain et consacrée la justice sociale.

L’Edito

1er mai   en Algérie

Lille par : Mohammed CHOUAKI

« L’UGTA est le bien des travailleurs » … Meilleurs souhait et vœux que cette maxime, il ne saurait y avoir malgré les sentiers sinueux que fomentent certains se prétendant être les dignitaires du régime déchu début du mois d’avril. Plus que cela encore. Le 1er mai cette année est exceptionnel. La célébration de la journée internationale des travailleurs est marquée, par un Hirak populaire fusionnant l’ensemble des catégories des travailleurs, à l’instar de toutes les franges de la société, pour l’édification d’une Algérie nouvelle, où sera respectée la volonté du peuple souverain et consacrée la justice sociale.

À Alger, le rassemblement des travailleurs à la place du 1er mai s’est dispersé dans le calme. La police a empêché les manifestants de marcher, en utilisant des sprays de gaz lacrymogène.

Vers 10h00 un dispositif policier important bloque la rue Hassiba Ben Bouali. Les forces de sécurité ont fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants dont certains ont reçu des coups violents de la part des représentants de l’ordre.

Bousculés par des policiers armés de casques et de boucliers, les manifestants ont répondu en scandant : « Silmya, Silmya (Pacifique) ! », « Algérie libre et démocratique » et « pouvoir assassin ».

Pas très loin de la place 1er mai, des dizaines de travailleurs ont manifesté devant le siège de l’UGTA encerclé par les forces de sécurité. Un jeune du quartier a été embarqué dans un fourgon bleu après un échange véhément avec un élément des forces de sécurité.

Les syndicalistes de l’Union Générale des Travailleurs Algériens (UGTA) ont affiché leur rejet catégorique du maintien du Secrétaire Général (SG), Abdelmadjid Sidi Saïd, à la tête de la Centrale syndicale, estimant qu’il était temps de « se réapproprier l’UGTA et de la remettre sur la voie tracée par les défunts Aïssat Idir et Abdelhak Benhamouda ».

Plusieurs organisations syndicales autonomes, à l’exemple du Conseil de l’Union Nationale des Organisations des Avocats Algériens, le collectif des syndicats de la santé et les syndicats autonomes de l’Education nationale, avaient adhéré, dès le début, au mouvement populaire à travers des sit-in et des grèves nationales.

En effet, 13 syndicats autonomes affiliés à la Confédération des Syndicats Algériens (CSA) ont appelé à des marches gigantesques.

À ce propos, la CSA a fait état, dans un communiqué, de « son attachement à l’option de la poursuite du mouvement populaire pacifique et à ses revendications pour la construction d’un nouvel Etat Algérien », avec « le rejet des symboles du système ».

Cette pluralité syndicale « aura un impact positif dans le renforcement du dialogue social et l’instauration d’un climat social serein et stable qui permet de poursuivre les efforts de développement socio-économique du pays.

M.CH

 

 

 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :