Le troisième jour d’audience donne un petit aperçu de la production de gaz à Groningue, qui représente un « giga-intérêt ».

Quelle était la relation entre le ministère des Affaires économiques (EZ) et les compagnies pétrolières Shell et Exxon ? C’était l’une des questions centrales des auditions publiques de mercredi de l’enquête parlementaire sur la production de gaz à Groningue. Ces entretiens contrastent fortement avec les deux premiers jours, où les victimes et les scientifiques ont eu la parole. Les deux audiences ont donné un petit aperçu des « giga intérêts » en jeu.

Les auditions, qui se déroulent cette semaine, ont pour objectif principal de dresser un état des lieux de tout ce qui entoure l’extraction du gaz. À cette fin, les victimes se sont rendues le lundi et les scientifiques le mardi. Les deux jours, il est apparu clairement qu’ils ne se sentaient pas entendus. Les discussions ont principalement porté sur les inconvénients et les conséquences pour les Groningue.

Le mercredi a été dominé par la partie administrative. Les interrogatoires devaient brosser un tableau de la chaîne gazière, de la politique et de la manière dont les parties concernées traitaient entre elles. George Verberg, haut fonctionnaire d’EZ depuis 1973 et ensuite PDG de Gasunie pendant de nombreuses années, a été le premier à être interviewé.

« Il s’agissait de faire fonctionner la machine le plus efficacement possible », a déclaré M. Verberg à propos de la conception de la production de gaz, de l’exploitation à la vente. Il n’a pas participé aux tout premiers accords conclus en 1962 entre l’État et Shell/ExxonMobil, mais il en savait beaucoup.

Qui est George Verberg ?

  • Début en 1973 comme fonctionnaire au ministère des affaires économiques
  • Co-rédaction du premier mémorandum sur l’énergie des Pays-Bas.
  • A été directeur général (DG) de l’énergie au ministère des affaires économiques entre 1982 et 1988.
  • Un DG est chargé d’une certaine partie d’un ministère.
  • A rejoint Gasunie en 1988 et a été PDG de 1992 à 2004.

Qu’est-ce que les huiles font encore ?

Il s’agit de ce qu’on appelle le bâtiment du gaz. Il ne s’agit pas d’un bâtiment réel, mais d’une structure complexe dans laquelle toutes les parties impliquées dans la chaîne sont imbriquées. La base était le partenariat public-privé entre l’État et « les pétroliers », comme Verberg appelle Shell et Exxon.

À l’extérieur, le bâtiment du gaz dégageait une unité, a déclaré M. Verberg. Mais à l’intérieur, c’était plutôt animé. « Les parties savaient qu’elles avaient affaire à des intérêts gigantesques. Ce n’était pas un jouet. »

C’est pourquoi, selon l’ancien haut fonctionnaire, « les pitbulls et les terriers du ministère » venaient parfois lui poser la question suivante : « Qu’est-ce que ces olies font maintenant ? ». Ensuite, il y aurait une conversation très difficile avec les olies. »

Le terrain de Groningen figurait parmi les dix plus rentables SL’enfer et l’Esso

L’interrogatoire d’Annemarie Jorritsma a également montré que les intérêts étaient grands. Elle a été ministre des affaires économiques de 1998 à 2002. À cette époque, le marché du gaz était libéralisé et Jorritsma était en contact régulier avec les compagnies pétrolières.

À cette époque, la loi prévoyait également que les petits gisements de gaz dont disposaient les Pays-Bas avaient la priorité sur le gisement de Groningue. Le gaz de Groningue était déjà utilisé comme tampon depuis des années, mais cela n’était pas encore documenté légalement.

Mme Jorritsma dit avoir eu « une conversation très ferme » avec Exxon pendant cette période. « C’était d’un tout autre ordre qu’avec Shell. Je soupçonne qu’avec Shell, le fait qu’ils étaient très actifs dans les petits champs a joué un rôle. Exxon s’est beaucoup concentré sur le champ de Groningue.

Lire aussi:  Les personnes transgenres gagnent moins et ont plus de mal à obtenir un logement.

Selon l’ancien ministre, Exxon n’avait qu’un seul intérêt : « Obtenir beaucoup du champ. C’était le moyen le plus rentable et le plus simple de le faire. Verberg : « Le gisement de Groningue a été l’un des dix principaux pourvoyeurs d’argent pour Shell et Exxon pendant plusieurs décennies, même si l’État a rapporté de loin le plus. »

Le bâtiment du gaz en 2014.


Le bâtiment du gaz en 2014.

Le bâtiment du gaz en 2014.

Verberg critique férocement l’OVV

M. Verberg n’a pas caché qu’il soutient toujours pleinement le partenariat public-privé qui existait jusqu’à la libéralisation. Ainsi, les choses n’ont pas été « officialisées » et « les ressources minérales ont été développées de manière efficace et efficiente ». Il a exprimé à plusieurs reprises sa fierté pour la politique menée et les choix politiques effectués.

Lire aussi:  Plus de pression à Schiphol pendant et autour du week-end et réponses à d'autres questions

Ses propos contrastent avec les conclusions de 2015 du Conseil de sécurité néerlandais (OVV). Il en ressort que la sécurité des habitants de Groningue n’a pas été prise en compte pendant des années, car d’autres intérêts passaient avant. L’OVV a également vivement critiqué l’aménagement du bâtiment du gaz. Le pouvoir était entre les mains d’un trop petit groupe de personnes.

Lors de son interrogatoire, l’ancien haut fonctionnaire a sévèrement critiqué l’OVV. Le rapport est « en dessous des normes » et « pas digne du nom de Safety Board », a déclaré Verberg avec colère. Il pense que le conseil a tiré des conclusions trop facilement.

Pas d’inquiétude concernant un fort séisme Roswinkel

Mercredi, on a peu parlé des tremblements de terre et de leurs conséquences pour les habitants de Groningue. Cependant, les deux témoins ont été interrogés sur le fort tremblement de terre survenu près de Roswinkel dans le Drenthe en 1997.

« Vous êtes-vous inquiété ? », a voulu savoir la commission auprès de Verberg. En tant que cadre supérieur de Gasunie, il ne l’avait pas fait. La sécurité était la responsabilité d’autres parties, comme KNMI. « Tant qu’aucune alarme n’était déclenchée, je ne me sentais pas concerné », a-t-il déclaré.

Le séisme a donné lieu à de nombreuses demandes de dommages et intérêts. À l’époque, des voix se sont élevées pour demander le renversement de la charge de la preuve. À l’époque, les citoyens devaient eux-mêmes prouver que les dommages subis par leurs maisons étaient dus à des tremblements de terre. En l’inversant, les compagnies pétrolières devraient prouver que ce n’est pas le cas.

Mme Jorritsma a conservé l’ancienne politique, car selon elle, l’inverser entraînerait de nombreuses poursuites judiciaires. « Je ne pensais pas que cela améliorerait la position du citoyen. Les entreprises ont des poches très profondes. » L’ancienne ministre a déclaré mercredi qu’elle s’y tenait toujours.

Je ne m’en souviens pas.

L’interrogatoire avec Jorritsma a été relativement difficile. Elle a fait savoir dès le départ qu’elle avait dû « fouiller dans sa mémoire ». Plusieurs fois, la commission a dû se contenter de réponses telles que « Je ne pense pas être assis ici pour donner des avis », « Je ne me souviens pas » et « Je ne vais rien dire à ce sujet maintenant, car vous devez m’interroger sur cette période de quatre ans ».

La commissaire Hülya Kat a donc conclu par l’observation suivante : « Je pose les questions ici et vous choisissez de ne pas y répondre. »

Related articles

Share article

Derniers articles

Thor a un record Marvel Studios qui ne peut être battu

Chris Hemsworth a établi un record qui ne peut être battu. Thor est l'un des premiers Avengers, et est...

Ces 5 meilleurs films que vous pouvez regarder cette semaine sur Netflix et Prime Video

Chaque lundi, nous répertorions les plus grandes sorties des services de streaming qui dominent actuellement : Netflix, Disney+, Prime...

Le partenariat entre Coinbase et BlackRock « ravive l’intérêt des institutions pour les cryptos ».

Les gros titres sur les faillites et les ruées des entreprises du secteur des crypto-monnaies ont sensiblement diminué ces dernières semaines, et la vague...

La meilleure vidéo de motivation est celle d’Arnold Schwarzenegger.

Arnold Schwarzenegger, 75 ans, est plus qu'un acteur. Il aime motiver les autres avec les connaissances qu'il a acquises....