Le supporter argentin du Feyenoord qui s’est fait un nom à Rotterdam

Pour l’amour, il n’y a ni âge ni distance… Et le football le sait bien : Ignatius Ostertag est argentin, né à Pergamino il y a 42 ansmais est un fan du Feyenoord des Pays-Bas qui ce mercredi (à 16h00 heure argentine) jouera dans le Finale de la Conference League contre le Rome de Mourinhoen Albanie. Oui, même si elle se trouve à près de 12 000 kilomètres, son cœur est rouge et blanccomme l’équipe européenne. « Quand dans En 1993, le câble est arrivé, j’ai commencé à regarder la ligue néerlandaise.. Cette année-là, Feyenoord a explosé, ils sont sortis champions avec une grande équipe et j’ai beaucoup aimé leurs fans : The Legion.comme ils l’appellent », il raconte les débuts d’une histoire qui a une fin plus qu’inattendue.

Les fans de Feyenoord et l'engouement pour l'Argentin.

Les fans de Feyenoord et l’engouement pour l’Argentin.

C’est ce Ignacio, en Argentine, vit sa vie entre la loi et le petit ballon. Il travaille pour l’association du barreau de sa ville natale, Pergamino, et a été correspondant pour TyC Sports. rapports sur les compétitions d’eSports. Cependant, En pleine pandémie, il est parti faire campagne pour le Feyenoord à distance, via ses réseaux sociaux.. Ses vidéos a commencé à gagner des points de vue et à être massivement reproduit au loin.de l’autre côté de l’Atlantique.

« À l’école, on se moquait de moi parce que je dessinais l’écusson sur le dossier ou que je m’endormais à moitié parce que je restais debout jusqu’à cinq heures du matin pour regarder un match.. Quand il est venu en 1997 pour jouer contre River au Monumental, je suis allé au stade…. Je me souviens qu’il y avait plusieurs stars comme Ronald Koeman », poursuit-il en égrenant les souvenirs. Il s’est ensuite lancé dans le journalisme et a étudié à DeporTEA, mais il n’a jamais perdu son amour pour Feyenoord. Olé du temps, J’ai commencé à rejoindre les forums de l’équipe et à me faire des amis à distance.. J’ai une folie totale pour le club, Je sens que je fais partie de la famille« .

Outre les relations qu’il a nouées avec la famille du Feyenoord, comme il les appelle, il a commencé à se faire un nom à Rotterdam. « Grâce à ces histoires, j’ai commencé à être connu là-bas, j’ai commencé à être contacté par les médias et plusieurs vidéos sont devenues virales. parce que J’agrémentais le jeu de chansons de fans, j’ai même appris la phonétique. pour que je puisse bien le prononcer, heh, » dit-il. Et cela l’a aussi rendu a généré un lien direct grâce à un autre Argentin : Marcos Senesi.

Le groupe de Feyenoord avec Ostertag dans les tribunes.

Le groupe de Feyenoord avec Ostertag dans la tribune.

« Quand ils étaient sur le point d’acheter Senesi, une personne du club m’a contacté via les réseaux sociaux et m’a demandé des informations sur lui : comment il était, ses qualités humaines… ».Il explique ce moment où le défenseur, désormais capitaine et convoqué à la Équipe nationale d’Argentineil est passé de San Lorenzo au football européen. Ensuite, le club l’a invité à se rendre au stade : « Mais le coût du billet et de l’hébergement sur place a rendu la chose très difficile à réaliser. Alors, un ami de là-bas, de Feyenoord bien sûr, m’a demandé d’y aller, ont organisé une collecte de fonds et en 12 heures, ils ont récolté 3 000 euros pour que je puisse me rendre au stade.« .

En principe, l’idée était qu’il soit présent lors du derby contre l’Ajax à la fin de l’année dernière.mais la pandémie, la fermeture des frontières et l’interdiction de stade l’ont rendu impossible et il a dû reporter le voyage, qui a finalement eu lieu il y a quelques semaines seulement… « J’y étais pendant dix jours, entre le 7 et le 17 mai, et j’ai pu assister aux matchs contre le PSV, les Go Ahead Eagles et Twente. »dit-il joyeusement, toujours excité.

Le drapeau de Bombastic, son surnom, sur le terrain de Feyenoord.
Lire aussi:  Le Brésil bat la Corée du Sud grâce à un doublé de Neymar

Le drapeau du Bombastic, son surnom, sur le terrain de Feyenoord.

Lire aussi:  Sebastián Driussi, de nouveau joueur du mois en MLS

Car oui, ce qu’il a vécu aux Pays-Bas était absolument incroyable. « Avant de voyager, Les gens là-bas m’ont dit que j’étais célèbre, mais je n’y croyais pas….. Jusqu’à ce que j’arrive. À l’aéroport d’Amsterdam, quand ils ont vu mon nom sur mon passeport à l’immigration, ils ont dit : « Allez, Feyenoord ». Quand je suis parti, ESPN m’attendait et il y avait une bannière avec mon visage dessus et qui disait « El Bombástico ». Je ne savais pas comment m’y prendre.C’était bizarre… ».

Celle de Bombástico ou Bombinha est né des rengaines de ses histoires au point de devenir un surnom. « Marcos, par exemple, m’appelle Bomba, heh ».. Et le drapeau avec lequel il a été accueilli a même été accroché sur le terrain. « A Rotterdam Les gens m’arrêtaient dans la rue et me demandaient des photos, je suis allé dans un centre commercial et quand ils m’ont vu, ils ont commencé à chanter des chansons de Feyenoord.. J’ai également pu partager un dîner avec l’équipe et tout le monde. Les joueurs me connaissaient, ils m’appelaient Bombinha, ils venaient me saluer et me disaient qu’ils avaient regardé mes vidéos.. Le premier jour où je suis allé sur le terrain, les gens m’ont arrêté pour me saluer et ils ne m’ont pas laissé arriver, Je suis entré sur le terrain en pleurant parce que j’ai craqué. Je n’arrive toujours pas à m’en remettre. » Il raconte – comme si c’était un match – ce qu’il a dû subir.

La petite fille qui a fait courir Nacho à travers les tribunes pour prendre une photo avec "son héros".

La petite fille qui a fait courir Nacho à travers les tribunes pour prendre une photo avec « son héros ».

L’expérience était aussi incroyable qu’impensable, elle a vécu quelques jours comme une véritable star : il a été conduit en voiturele propriétaire – de Feyenoord, bien sûr – de un prestigieux hôtel cinq étoiles lui a proposé de loger gratuitement dans une chambre coûtant plusieurs milliers d’euros. et les gens le traitaient comme une idole. « J’ai rencontré les personnalités les plus importantes du club, on m’a emmené partout, les supporters m’ont dit : ‘Bienvenue à la maison’, et on a parlé de moi dans tous les médias.même certains qui ont fait tout le chemin depuis Amsterdam… J’étais à Messi pendant dix jours, heh.« , dit-il en riant.

Nacho parle d’anecdotes avec les joueurs, de la discussion avec le directeur du Sporting et de la petite fille qui a couru dans les tribunes pour lui demander une photo. À son retour, il ne veut pas que le rêve s’arrête : « Je veux aller vivre à Rotterdam, c’est ma place dans le monde… ». Et, oui, il est déjà Argentin…

Related articles

Share article

Derniers articles

Legolas est-il vraiment dans la nouvelle série « Le Seigneur des Anneaux » ?

La sortie imminente de Le Seigneur des Anneaux : Les Anneaux de Pouvoir rend les fans très heureux. En...

Les premiers détails de « Batgirl » ont été révélés : voici l’histoire.

Certains détails de l'intrigue concernant Batgirl ont été divulgués. Les œufs de Pâques et l'emplacement des Batgirl dans le...

Le patron de DC Films part maintenant à cause de l’affaire « Batgirl » ?

Le chef de DC Films, Walter Hamada, semble être sur le point de quitter le studio, suite à la...

Les fans de « Predator » réagissent à « Prey » : Une addition brillante à Disney+ ?

Prey, le dernier né de la série Prédateur-est enfin disponible sur Disney+. Le film est la sixième addition à...

Icône n’a pas du tout participé à la série « Le Seigneur des Anneaux ».

Peter Jackson a peut-être un peu éloigné les fans après le médiocre Le Hobbit-Les fans de la trilogie Le...