CultureFranceNews

Le réalisateur Mohamed Zaoui « Cet homme que j’ai filmé m’a fasciné »

Le réalisateur Mohamed Zaoui

« Cet homme que j’ai filmé m’a fasciné »

Par : Fayçal Charif

Il se balade souvent avec sa caméra pour capter les moments particuliers dans la vie de tous les jours. Il y a quelques jours, il était au rendez-vous avec le destin d’un homme qui déambulait dans Paris.  Comme il l’a fait il y a quelques années avec le grand écrivain algérien Tahar Ouattar deux mois avant mort, ou encore sa rencontre filmée avec un ancien condamné à mort de la guerre d’Algérie qui revient à sa prison 50 ans après.

C’est avec des plans renversants et des travelling saisissants, que le réalisateur algérien Mohamed Zaoui installé en France depuis de plusieurs années, revient au devant de la scène. Il réalise avec brio un surprenant « Je suis Condition Humaine », un court métrage émouvant et poignant de 140 secondes sur l’histoire d’un homme « rencontré par hasard » sur l’espace de la Défense à Paris. Le film, captivant par ses images et troublant par son contenu est en compétition dans la 7ème édition du « Nikon Film Festival », dont le thème cette année est « Je suis une rencontre ».
Mohamed Zaoui est parti avec sa caméra à la rencontre de son sujet dans le grand Paris et à la recherche de son sujet. Il se rappelle « Au bout de quelques jours, je ne voyais rien venir et rien ne captait mon attention. Mon objectif restait aveugle ».
Et puis, lors d’une balade artistique sur l’esplanade de la Défense, le grand espace des affaires et du commerce parisien, « un homme a surgi de nulle part. J’ai d’abord aimé sa démarche, puis sa silhouette et enfin les expressions de son visage. J’ai pris ma caméra, et j’ai commencé à filmer. Au bout de quelques prises, il me regarde mi-étonné, mi-intrigué. Je lui fais signe pour avoir son accord. Il ne répond pas et reste placide. Quelques instant après le doute, un sourire timide, triste et profond de sa part me parvient en instantané. J’avais son accord ».
Le capteur d’images profite pour filmer ces instants « magiques » sans dire un mot à sa « star » du jour. « Il était naturel, et la caméra n’a rien changé de sa manière d’être, il paraissait même ignorer l’objectif, à tel point que c’est ma caméra qui est devenue timide ».
Le réalisateur Mohamed Zaoui approche son « comédien », le salue, échange avec lui et lui explique le but de son travail. « Je veux faire un portrait de vous… ». En guise de réponse, un autre sourire timide.
Fasciné par le personnage, Zaoui a écrit « J’ai capturé les séquences d’un homme solitaire, visiblement tourmenté, entrain d’attendre dans l’immensité de l’Esplanade de la Défense sous le ciel parisien. Un homme énigmatique, posté là, au hasard de ses rêveries mais qui devient le maître du lieu, d’un espace central pour l’oeil. Personne ne le regarde, personne ne lui parle, personne ne fait attention à lui. Il est enfermé dans sa bulle hermétique, hors temps, hors champ. Tout entier, capté et captivé par la musique qu’il écoute, précisément les mélopées envoûtantes d’Oum Kalsoum. J’ai saisi ce moment et j’ai commencé à filmer cette attente… »
Ce beau sujet-film est en concours et le principe du concours est que les internautes puissent eux-mêmes voter pour les films proposés. Il reste encore quelques jours pour le faire et on peut soutenir (voter) le film une fois par jour.
En quelques jours, le film de Mohamed Zaoui  « Je suis condition humaine » fait partie des TOP 50 les plus soutenus au milieu des 650 films qui sont sur la plateforme de Nikon. C’est encore possible de voter jusqu’au 15 février.

Voici le lien
http://www.festivalnikon.fr/video/2016/1305

Montrer plus
Error, no Ad ID set! Check your syntax!

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :