AlgérieCultureNews

Le réalisateur algérien Mahmoud Zemmouri Adieu l’Artiste !

Le réalisateur algérien Mahmoud Zemmouri
Adieu l’Artiste !

Par Fayçal Charif

Encore un autre artiste qui s’en va, dans le grand silence et loin de son pays. C’est Mahmoud Zemmouri qui vient de quitter ce monde. Il était acteur, réalisateur et scénariste qui a marqué le monde de l’image par l’originalité de ses oeuvres. Il est devenu par la force de son art, l’un des maîtres du cinéma algérien.

L’annonce de son décès survenue dans un hôpital à Paris, a été annoncée ce samedi citant le président de l’Association Lumières, Amar Rabia. Au regard de son parcours atypique, on comprend bien que le cinéma algérien vient de perdre l’un des pionniers.

Il est découvert avec émerveillement lors de son interprétation du rôle de Rachid dans le « Césarisé Tchao Pantin » de Claude Berri (1983) et Omar dans « La Smala » de Jean-Loup Hubert (1984). Bien plus tard il est acteur dans « Munich » de Steven Spielberg en 2005.

En parallèle, il réalisait ses films avec brio : court métrage, « La Brèche » (1976), long métrage,  « Référence manifeste à la loi Stoléru » et « l’aide au retour », « Prends dix mille balles et casse-toi » (1987). Il s’engage ainsi dans la décortication de la société algérienne avec une vision critique et humoristique.

Quand en 1991, il produit « De Hollywood à Tamanrasset », on reconnait en lui la maîtrise et la beauté de ses plans. Mais quand il aborde et réalise son film le plus controversé « l’honneur de la tribu », d’après le roman de Rachid Mimouni, son message est clair. Il s’implique complètement dans ce que l’Algérie était entrain de vivre comme drames. Il pointe du doigt les islamistes terroristes. Il  n’aura pas fallu plus pour être menacé et être contraint un peu plus tard à l’exil comme tant d’autres.

Toujours original dans ses oeuvres, et comme il l’a fait pour «  Les folles années du Twist » en 1984, il réalise « 100% ARABICA » en 1997 en mettant sur scène les deux grandes stars du Raï, Khaled et Mami. En 2005, il sort son film culte « Beur, blanc, rouge », inspiré du match de football entre la France et l’Algérie de 2001.

Partagé entre son pays et la France, et malgré sa maladie qui a un peu freiné son élan,  il s’inspire pour réaliser plusieurs épisodes de la série comique « Immart Hadj Lakhdar » en Algérie. Sa dernière oeuvre est son film « Certifié Hallal ».

Né le 2 décembre 1946 à Boufarik, wilaya de Blida, Mahmoud Zemmour reviendra vers son pays et sa ville natale. Sa dépouille sera rapatriée ce dimanche. Cette triste disparition a émut le monde du cinéma algérien. Ce réalisateur au sourire légendaire aura marqué son époque et son monde.
Paix à son âme !

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voire aussi

Close
Close
Close