Chronique

Le procès permanent du «je» par le «nous»

Le procès permanent du «je» par le «nous»

Par : Kamel Daoud

L’effet tatillon. Sur la rime de l’effet papillon et son orage au bout de la chaîne des causes et des effets. Qu’est-ce que donc ? C’est l’univers étouffant de la surinterprétation et du poids de l’histoire, du non-dit, du grégaire, de l’entre-nous, entre nous et l’Occident, le « je » et le dieu. Ecrire sur la femme et le rapport maladif qu’on a avec la femme, le lien mort du désir, le corps sans but et sans liberté, est donc jugé « mauvais » dès qu’on l’écrit dans un journal de l’Occident. Mais c’est dit, redit, accepté et dénoncé quand on le dit entre-nous. Le passage de l’entre-nous oral à l’écriture publique est un tabou à ne pas casser. Tous on parle de la décadence du musulman, de l’écart entre « la foi et le rite », de la pauvreté de sens et de la futilité du monde de la croyance, mais dès que cela est écrit et vous êtes sous les médias, on le dénonce chez vous comme complot pour vendre des livres, comme traîtrise, comme déviance ou essentialisme indigène. Le grégaire se lie, se ligue et vous mange et vous insulte ou vous excommunie. Le crime est celui d’avoir donné de l’encre à la voix ou d’avoir écrit ce que chacun dit. Le crime est la dénonciation de l’entre-nous, la transgression du murmure clandestin de sa propre culture. Le crime est la voix et le porte-voix.

Et cela vous use.

Sous l’inquisition d’un Occident en pleine errance d’âme, qui essaye de trouver en vous le chamane de ses angoisses, le témoin de ses convictions peureuses et la preuve de ses théories sur l’Autre.

Sous l’inquisition des siens qui vous lapident pour votre singularité, ne comprennent pas le « je » dans l’étable du « nous » dominant, ne s’expliquent pas votre vision sauf sous l’angle de l’alimentaire, ne peuvent voir plus loin que la théorie du complot et la salive de l’âge d’or mort et enterré.

Piégé, sommé, obligé, repoussé, brûlé, incompris et soupçonné ou trop coloré et aromatisé comme un exotisme trop convenant.

Texte tarifé ou sommation du groupe.

L’effet tatillon est un échec, une incapacité de toucher l’universel et le revendiquer. Un échec du dépassement et de la possession du monde. L’effet tatillon est un effet lourd de la colonisation et de la décolonisation.

Il enferme le monde dans un couple et somme au choix. Il repousse la culture vers la jérémiade ou la suffisance. La vanité de se croire le centre du monde, en Occident ou celle de se croire la victime unique du monde dans notre univers de la marge.

C’est alors que l’épuisement guette la clairvoyance.

 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :