Le Président Catalan destitué pourrait avoir des activités politiques en Belgique

Le Président Catalan destitué pourrait avoir des activités politiques en Belgique

BRUXELLES – Le Président déchu de l’exécutif Catalan, Carles Puigdemont et ses quatre conseillers, sous le coup d’un mandat d’arrêt européen, pourraient avoir des activités politiques en Belgique, a affirmé lundi le parquet de Bruxelles.

“Dans la mesure où le juge d’instruction a décidé qu’il ne fallait pas interdire de faire de la politique, d’avoir des contacts avec les médias ou d’avoir des contacts entre eux, ils ont le loisir à ce niveau-là de faire ce qu’ils veulent”, a déclaré le porte-parole du parquet de Bruxelles, Gilles Dejemeppe à la télévision publique belge RTBF.

Carles Puigdemont pourra donc concourir, depuis la ¡Belgique, aux élections régionales du 21 décembre convoquées par le pouvoir central de Madrid, à condition qu’ils respectent, lui et ses quatre conseillers, toutes les conditions qui assortissent sa libération: “résider en Belgique et ne pas quitter le territoire belge”, a précisé le porte-parole du parquet de Bruxelles.

Placés en garde à vue dimanche matin par le parquet de Bruxelles suite au mandat d’arrêt européen émis par la justice espagnole, le président destitué de la Catalogne et ses quatre conseillers ont ensuite été libérés dans la soirée sous conditions.

Le juge d’instruction bruxellois chargé du dossier “a considéré que le risque de fuite de ces personnes n’était pas suffisamment présent”, ordonnant leur libération sous conditions de “résider à une adresse fixe” et “se manifester à l’ensemble des actes de la procédure de manière personnelle et répondre aux invitations de la police”.

Poursuivi par la justice espagnole pour “rébellion, sédition, malversation, abus de pouvoir et désobéissance” pour avoir “planifié, organisé et financé avec des fonds publics” le référendum sur l’indépendance de la Catalogne du 1er octobre, Carles Puigdemont s’est réfugié en Belgique depuis le 30 octobre.

Le jour même, le parquet espagnol portait plainte contre son gouvernement régional, destitué pour avoir organisé la déclaration d’indépendance votée le 27 octobre par le Parlement catalan.

Vendredi, Carles Puigdemont, s’était dit “disposé à être candidat” aux élections régionales du 21 décembre, assurant sur la chaîne belge RTBF être prêt à “faire campagne depuis l’étranger”.

Sa formation, le Parti démocrate de Catalogne (PDeCAT, droite), a proposé, dimanche, qu’il soit la tête de liste d’une coalition indépendantiste unitaire, d’autant que la procédure d’extradition,  pourrait être plus longue que prévue et ne pas aboutir avant la tenue de ces élections, ce qui permettrait au président catalan démis de faire toute sa campagne depuis la Belgique.

“Dans la mesure où les personnes concernées ne sont pas détenues (…) nous sommes partis sur des délais beaucoup plus longs que ce qui était prévu, c’est à dire 60 ou 90 jours”, a fait remarquer Gilles Dejemeppe.

Selon le porte-parole du parquet de Bruxelles, les avocats de Carles Puigdemont et de ses quatre conseillés pourraient “demander un délai afin d’examiner la demande de l’Etat espagnol”.

Aps

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *