EconomieNews

Le pétrole en légère baisse, craintes sur la demande mondiale

LONDRES - Les prix du pétrole étaient en légère baisse mercredi en cours d'échanges Européens après deux jours consécutifs de chute, pénalisés par un abaissement des prévisions de croissance mondiale pour 2019.

Le pétrole en légère baisse, craintes sur la demande mondiale

LONDRES – Les prix du pétrole étaient en légère baisse mercredi en cours d’échanges Européens après deux jours consécutifs de chute, pénalisés par un abaissement des prévisions de croissance mondiale pour 2019.

Mercredi matin, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre valait 58,47 dollars à Londres, perdant 0,44% par rapport à la clôture de mardi.

A New York, le baril Américain de WTI pour novembre lâchait de 0,28%, à 52,66 dollars.

La veille, les deux cours ont cédé respectivement 1 et 1,5%, après avoir abandonné chacun plus de 2% lundi.

« Les révisions à la baisse des prévisions de croissance pour cette année annoncées hier (mardi) par le FMI ont nourri les inquiétudes des investisseurs sur une possible chute de la demande mondiale en pétrole », constate Craig Erlam, analyste chez Oanda.

Le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé qu’il tablait pour 2019 sur la croissance la plus faible depuis la crise financière, incriminant en premier lieu la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine qui entame durement le commerce international.

Al Stanton, de RBC, note de son côté un discours « favorable » aux prix, mardi, du Secrétaire Général de l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP), Mohammed Barkindo, qui a assuré que le cartel ferait « tout ce qu’il peut » pour maintenir la stabilité du marché du pétrole au-delà de 2020.

Les investisseurs guettent par ailleurs la publication de données sur les réserves de pétrole Américaines, celles de la fédération professionnelle API mercredi et celles de l’Agence Américaines d’informations sur l’énergie (EIA) jeudi, considérées comme plus fiables. Ces dernières sont publiées un jour plus tard qu’habituellement en raison du lundi semi-férié aux Etats-Unis.

Selon la médiane d’un consensus établi par l’agence Bloomberg, les analystes s’attendent à une hausse des stocks de brut de 3 millions de barils et à une baisse de 1,5 million de barils pour ceux d’essence et de 2,5 millions pour les autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole), pour la semaine achevée le 11 octobre.

Aps

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :