News

Le mouton de l’Aïd, oui mais…

Le mouton de l’Aïd, oui mais…

Par : Abdelkader DJEBBAR

Selon le Président de l’Union Nationale des Paysans Algériens, l’Algérie est le seul pays Maghrébin autosuffisant en viande ovine, ce qui lui évite de recourir aux importations de moutons même durant les fêtes de l’Aïd El Adha.

Avec un cheptel de plus de 28 millions de têtes ovines, chaque famille algérienne peut se permettre un mouton à un prix raisonnable, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse qu’il a animée au forum du quotidien El Chaab, rapporte l’APS.

La réalité sur le terrain, les maquignons font la loi et les citoyens ne semblent pas sereins pour patienter. L’Aïd c’est dans quelques jours et l’impatience semble gagner de plus en plus les citoyens qui craignent rater le coche et laisser la famille sans le mouton. Mais en bout de Line, presque tout le monde en Algérie aura kebch El Aïd.

Pour lutter contre la spéculation, M. Alioui a conseillé aux citoyens de ne pas se précipiter sur les marchés de bétail et de temporiser que les prix du mouton baissent avant d’acheter. ” D’autant plus que l’éleveur a intérêt de vendre la totalité de son cheptel avant la fin de l’Aïd “, a-t-il ajouté.

Un total de 105 points de vente directe de moutons ont été ouverts ces derniers jours dans différentes régions de la capitale en prévision de la fête de l’Aïd El Adha, a annoncé de son côté le président de la Chambre nationale de l’agriculture (CNA), Doubbi Bounoua Ladjel.

“Ces espaces de vente aménagés à travers la wilaya d’Alger devraient offrir les meilleures conditions de vente en rapprochant directement les éleveurs des consommateurs”, a-t-il déclaré à l’issue d’une rencontre qui l’a regroupé avec le Président de la Fédération Nationale des Éleveurs et des éleveurs de différentes wilayas du pays au siège de la CNA.

« Ce sont des conditions obligatoires pour sécuriser les ventes en protégeant le citoyen contre les produits avariés. »

Toutefois, il a mentionné qu’il existe deux espaces très demandés par les éleveurs par rapport aux autres points de vente. Il s’agit du site de la Safex, du coté du parking et celui de Bab Ezzouar. Mais, leur capacité d’accueil ne dépasse pas une trentaine d’éleveurs chacun.

« Ce sont les deux endroits préférés des éleveurs car ils offrent plus de confort et de sécurité par rapport aux autres sites. De plus, ils sont accessibles aux citoyens ce qui permet une plus grande affluence vers ces deux marchés. »

« C’est une opération qui a fait ses preuves car elle profite aussi bien aux éleveurs qu’aux consommateurs. »

Pour lui, elle permet de décentraliser la vente tout en permettant à l’éleveur d’écouler la totalité de son produit avec une marge bénéficiaire “appréciable”. En outre, elle offre l’occasion aux consommateurs d’acheter un produit sain à des prix “abordables”.

Interrogé sur les prix, le représentant des éleveurs a avancé une fourchette comprise entre 40.000 et 50.000 pour un mouton de taille moyenne et un prix oscillant entre 60.000 et 111.000 lorsqu’il s’agit d’une bête de plus d’un quintal.

Pour assurer un maximum de sécurité, 132 médecins vétérinaires seront mobilisés à Alger pour le contrôle des opérations d’abattage.

A.D

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voire aussi

Close
Close
Close